• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    4 avis
  • Commentaires (0)

Les complications de l'hypertension

Les complications de l'hypertensionL'hypertension artérielle est doublement ennuyeuse. Non seulement, elle peut provoquer des troubles par elle-même, lors de poussées aiguës d'hypertension, mais en plus, son action permanente ou répétée sur le système artérielle entraîne une dégradation de celui-ci et des complications graves. Que ce soit donc à court terme ou à long terme, l'hypertension artérielle ne doit pas être négligée.

Des complications à court terme

Lorsque les chiffres d'hypertension sont très élevés, on parle d'hypertension artérielle sévère ou très sévère. En cas de chiffres tensionnels montant brusquement à plus de 25 pour la systolique et 13 pour la diastolique, le risque est l'apparition d'une « crise aiguë hypertensive ». Les symptômes sont essentiellement neurologiques. Ils associent des convulsions (comme une crise d'épilepsie), des vomissements et des maux de tête très violents. A l'extrême, une perte de connaissance ou un coma peuvent survenir, ainsi qu'une hémorragie cérébrale massive qui est alors responsable d'un accident vasculaire cérébral hémorragique (à l'inverse des accidents cérébraux par caillot bouchant une artère) avec pour conséquence des signes neurologiques graves comme par exemple une hémiplégie (perte de la motricité d'une moitié du corps et perte du langage). L'hypertension artérielle sévère peut également entraîner un oedème aigu du poumon. Le poumon ne peut se battre contre une telle pression et draine mal le sang, ce qui provoque une accumulation de liquides dans le poumon et des troubles respiratoires majeurs. L'oedème pulmonaire se manifeste par une sensation d'étouffement et d'oppression. Dans les crises hypertensives moins sévères, où la pression artérielle est moins élevée, on peut avoir des saignements de nez, une sensation d'oppression dans la poitrine. Parfois, des poussées multiples et répétées d'hypertension artérielle provoquent de petits accidents vasculaires cérébraux, qui peuvent quelquefois passer inaperçus et qui au long court peuvent provoquer des dégâts au niveau du cerveau.Il faut bien évidemment traiter en urgence ces poussées hypertensives sévères, et de préférence en milieu de soins intensifs. Il s'agit de faire baisser la tension rapidement par des médicaments intraveineux pour éviter les complications aiguës graves. En cas d'œdème aigu du poumon, on donne également un traitement diurétique pour éliminer les liquides. Par la suite, on cherchera les causes de l'hypertension et un traitement au long cours sera institué.

Des complications à long terme

D'une manière générale, l'hypertension artérielle abîme progressivement les artères, ce qui peut provoquer des complications nombreuses dans l'ensemble de l'organisme, d'autant plus que souvent, d'autres facteurs de risque sont associés comme le cholestérol, le tabagisme, le surpoids et l'âge. En premier lieu, les artères du cerveau sont parmi les plus touchées. On peut avoir deux types d'accidents vasculaires, à savoir l'accident vasculaire hémorragique (dont on vient de parler), qui est le moins fréquent, et l'accident vasculaire ischémique (le sang n'arrive plus au cerveau car une des artères du cerveau s'est bouchée). Les accidents vasculaires peuvent avoir des conséquences variables, de la simple perte de motricité sur un membre, qui régresse complètement, à l'hémiplégie ou au décès (il y a environ 20% des décès cardiovasculaires aux Etats-Unis qui sont dus à des accidents vasculaires cérébraux).Ensuite, c'est le cœur qui peut être atteint. En effet, l'augmentation de la pression et la rigidité des artères abîmées, l'obligent à forcer pour évacuer le sang dans l'ensemble de l'organisme. Comme tout muscle, il augmente de volume et ses besoins en oxygène augmentent aussi. A un certain point, les besoins en oxygène ne sont plus assurés et on risque l'angine de poitrine ou l'infarctus du myocarde. En bout de course, le cœur peut même se fatiguer à un point tel qu'il finit par se dilater et ne plus assurer son rôle de pompe, ce qui peut entraîner une accumulation de sang dans les poumons et un œdème pulmonaire (mais par un autre mécanisme que dans la poussée aiguë hypertensive). Toutes les artères peuvent être touchées, mais en particulier, le rein est un des organes qui en souffrent le plus, ce qui conduit à une insuffisance rénale, le rein ne pouvant plus assurer correctement sa fonction d'élimination des déchets. Environ 90% des gens atteints d'insuffisance rénale ont des antécédents d'hypertension artérielle. Au bout du compte, cette insuffisance rénale peut devenir terminale et conduire à la dialyse (rein artificiel). Il est très important de comprendre que plus l'hypertension est importante, plus la fonction rénale se dégrade. Une insuffisance rénale se dépiste simplement par le dosage de la créatinine dans le sang. Au total, c'est en permanence et sur l'ensemble de l'organisme que l'hypertension artérielle exerce ses effets néfastes, même s'ils ne sont pas toujours visibles au début (une insuffisance rénale ne fait pas mal), d'où l'attention particulière à apporter au suivi du traitement de l'hypertension.

Article publié par le 08/10/2001
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
Publi information
Hypertension artérielle, quels sont les signes ?

L'hypertension ne présente pas de signes typiques, cependant si elle est élevée elle peut entrainer certains symptômes. Si vous avez un doute décrivez vos symptômes sur e-docteur et bénéficiez de conseils personnalisés.

C'est gratuit et anonyme.

Accédez à e-docteur

en savoir plus