Carie : les plombages au mercure sont désormais interdits aux enfants de moins de 15 ans

Publié par Aline Garcin, journaliste santé le Jeudi 12 Juillet 2018 : 12h01

Depuis le 1er juillet, les plombages au mercure sont interdits aux mineurs de moins de quinze ans et aux femmes enceintes. A terme, ils devraient totalement disparaître. 

© Istock
PUB

Depuis le 1er juillet, l'usage des plombages au mercure est restreint. C'est le résultat de l'application d'un règlement européen datant de mai 2017. Celui-ci préconise notamment d'éviter la pose d'amalgames dentaires sur les publics fragiles : mineurs de moins de quinze ans et femmes enceintes ou allaitantes.

Une tolérance est toutefois prévue "si le praticien de l'art dentaire le juge strictement nécessaire en raison des besoins médicaux spécifiques du patient".

En janvier 2019, la législation va encore se durcir envers les plombages. Les dentistes ne pourront plus utiliser de mercure en vrac pour réaliser les soins. Seul l'amalgame sous une forme encapsulée pré-dosée sera accepté.

Soupçonné d'être toxique

Les instances européennes prévoient également d'autres solutions pour un abandon total du mercure dans le secteur dentaire d'ici 2030. Parmi celles-ci :

  • Le renforcement de la formation des étudiants en dentisterie et des praticiens de l'art dentaire à l'utilisation de solutions de remplacement sans mercure.
  • La poursuite de la recherche et de l'innovation en matière de santé bucco-dentaire, afin d'améliorer les connaissances sur les matériaux existants et les techniques de restauration et de développer de nouveaux matériaux.

Les plombages ou amalgames sont le résultat d'un mélange entre une poudre d'alliage métallique (argent, étain, cuivre et zinc) et du mercure liquide. Ils sont utilisés depuis presque deux siècles pour combler les dents cariées.

Néanmoins, ce soin solide et peu coûteux est aujourd’hui tombé en désaffection. On soupçonne le mercure contenu dans les plombages de provoquer toutes sortes de maux : maladie d’Alzheimer, fibromyalgie, problèmes rénaux, etc.

PUB

De nouveaux matériaux

C'est en raison de cette toxicité pour la santé humaine que les instances européennes souhaitent la disparition des amalgames dans le secteur dentaire. Le mercure est également un polluant avéré au niveau des sites d'extraction et de transformation. Le secteur dentaire est le principal consommateur au sein de l'Union européenne, qui souhaite limiter son usage.

Aujourd'hui, on préfère à ces soins anciens de nouveaux matériaux composites. Ceux-ci présentent un avantage esthétique non négligeable puisqu’ils sont de la couleur des dents. Ils permettent aussi d’éviter les sensations désagréables liées au chaud, au froid ou au contact d’un autre métal, parfois ressenties à cause des amalgames au mercure.

De plus, ces matériaux pour plombages sans mercure sont adhésifs : ils exercent donc un effet renforçateur sur la dent réparée. Seul bémol : les matériaux de plombage composites auraient tendance à retenir plus facilement la plaque bactérienne. Mais une bonne hygiène dentaire suffit à contrer ce désagrément.

PUB
PUB
A lire aussi
Vers la fin des plombages au mercure ?Publié le 10/02/2013 - 23h00

Les amalgames dentaires contenant du mercure ont mauvaise réputation en raison de leur supposée toxicité.Aujourd’hui, ils sont peu à peu abandonnés au bénéfice d’autres matériaux, pour des plombages à la fois plus sûrs et plus esthétiques.

Intoxication au mercure : quels sont les risques ? Publié le 17/12/2007 - 00h00

Le mercure fait partie des métaux lourds, lesquels sont toxiques au fur et mesure qu'ils s'accumulent définitivement dans l'organisme. Certains poissons en renferment des quantités non négligeables, mais on trouve également du mercure dans les amalgames dentaires. Une fois de plus, cette...

Carie et amalgame dentaire au mercure : pas de risquePublié le 17/02/2006 - 00h00

L'Agence française de sécurité sanitaire a confirmé son verdict : l'amalgame dentaire à base de mercure reste irremplaçable pour prévenir le risque de carie. Les nombreux travaux menés jusqu'à aujourd'hui n'ont jamais confirmé l'hypothèse de leur toxicité.

Plus d'articles