Blocage du genou

Ces troubles se manifestent généralement par un blocage de l'articulation du genou, soit une incapacité à mettre la jambe en extension complète.

Lorsque le sujet atteint sa capacité maximale de mouvement, il ressent une douleur dont l'intensité peut varier en fonction de la cause. Ce blocage peut également être accompagné d'un gonflement et d'une difficulté à marcher.

Le blocage du genou peut revêtir deux formes :

Atteinte aiguë (secondaire à un traumatisme ou à un faux mouvement)

  • Blocage mécanique caractérisé par un gonflement, une douleur et l'incapacité à mettre la jambe en extension complète.
  • Déchirure ligamentaire caractérisée par un gonflement, une douleur et l'incapacité à mettre la jambe en extension complète.
  • Blocage antalgique caractérisé par une diminution de la mobilité du genou en raison d'une douleur intense, accompagnée parfois d'un gonflement.
    Le corps, par réflexe, bloque le genou pour empêcher les mouvements qui provoquent de la douleur.

Atteinte chronique

  • Diminution du mouvement s'installant de façon progressive (arthrose).

Atteinte aiguë

Blocage mécanique

  • Morceau de cartilage qui se détache et vient bloquer l'articulation, empêchant ainsi le mouvement libre du genou.
  • Conséquence d'une déchirure du ménisque (cloison de cartilage de certaines articulations, le genou en particulier) qui peut également empêcher le mouvement libre du genou.

Déchirure ligamentaire

  • La plus fréquente est celle du ligament latéral interne ou encore du ligament croisé antérieur, qui peut se déchirer à sa portion proximale (au point d'attache du genou), empêchant ainsi l'extension.

Blocage antalgique (inflammatoire)

  • Entorse ou traumatisme grave qui, du fait du gonflement ou de la douleur, empêche l'extension complète.

Atteinte chronique

  • Généralement associée à des problèmes dégénératifs (les articulations ou les os se désagrègent) : arthrose, âge, blessure sportive mal traitée.

Atteinte aiguë

  • Consulter un médecin de toute urgence. Tout blocage aigu du genou nécessite une consultation médicale.
  • Ne jamais porter d'attelle. Si vous désirez immobiliser votre genou, allongez la jambe et appuyez-la sur une chaise ou un fauteuil.
  • Ne pas mettre une pression sur le membre inférieur blessé. Si vous devez le faire - pour vous déplacer, par exemple - utilisez des béquilles.
  • Contrer l'inflammation.
    Les trois premiers jours, il faut appliquer de la glace ou des compresses d'eau froide pour éviter que l'inflammation ne s'installe.
    Le froid a également un effet analgésique, car il gèle un peu les nerfs.
    Appliquez de la glace ou des compresses pendant une quinzaine de minutes quatre à six fois par jour.
  • Rétablir ensuite la circulation.
    Au bout de trois jours, après avoir contré l'inflammation, vous pouvez utiliser la chaleur pour rétablir la circulation sanguine.
    L'apport de sang supplémentaire aura lui aussi un effet anti-inflammatoire.
    Prenez des bains chauds, utilisez des coussins chauffants (il faut absolument éviter de s'endormir avec ces coussins pour ne pas causer de brûlure au genou), des sacs chauffants, etc.

  • Prendre un analgésique.
    Le paracétamol aidera à soulager la douleur.

    Des anti-inflammatoires peuvent aussi être utilisés selon la dose recommandée par le fabricant.
    Vous pouvez prendre un des deux médicaments ou les deux ensemble si la douleur est difficile à maîtriser.
  • Respecter ses limites.
    Ne forcez pas votre genou.
    Vous pourriez endommager le cartilage.

Atteinte chronique

  • Ne pas pratiquer de sports violents.
    Évitez ceux qui peuvent causer des microtraumatismes répétés, comme la course à pied.
    Faites plutôt du vélo ou de la natation.
  • Ne pas prendre de poids.
    Essayez de vous maintenir à un poids de santé pour ne pas imposer une pression supplémentaire à vos genoux.
  • Prendre un bain chaud.
    La chaleur peut parfois favoriser la détente et aider à diminuer les raideurs musculaires.
  • Utiliser un sac chauffant.
    Vous le trouverez en vente libre en pharmacie.
    Faites-le chauffer au four à micro-ondes et appliquez-le sur la région douloureuse.
  • Recourir à une association de glucosamine et d'anti-inflammatoire.
    Associée à la prise d'un anti-inflammatoire, la glucosamine peut aider à soulager la douleur.
    Attention : la glucosamine est contre-indiquée chez les diabétiques, car elle fait grimper le taux de sucre.
  • Porter des supports d'arche absorbants.
    Surtout si vous êtes jeune et souffrez d'arthrose.
    L'usure étant progressive, vous éviterez ainsi une progression trop rapide de la dégénérescence.
  • Utiliser un bandage élastique.
    Il procure soutien et chaleur au genou.
    Faites cependant attention à ne pas trop le serrer et enlevez-le avant de vous coucher ou lorsque vous êtes en position assise.
    Lorsque la jambe est pliée, la circulation se fait mal, ce qui peut être à l'origine d'une phlébite ou d'autres complications.

Dans tous les cas, il faut consulter un médecin.

Le faire le plus rapidement possible dans le cas d'un blocage aigu.

Atteinte aiguë

Le médecin cherchera à savoir comment le traumatisme s'est produit, dans quelle position se trouvait le sujet au moment du traumatisme, de quel côté s'est produit l'impact, à quel moment est apparu le gonflement (immédiatement après le traumatisme ou deux ou trois jours plus tard), etc.

Il procédera ensuite à un examen physique et vérifiera l'état des ligaments et la présence possible d'inflammation.

Il pourra ensuite, selon le cas, demander des radiographies et vérifier l'intégrité du ménisque.

Atteinte chronique

Le médecin retracera l'histoire du patient et l'interrogera sur ses blessures antérieures : comment elles ont été traitées, comment le problème s'est développé, ce qui a apporté un soulagement.

Il vérifiera la présence et le site de la douleur par la palpation du genou.

Il notera également s'il y a une déformation de la jambe (jambes arquées). Il fera ensuite des radiographies.

Généralement, le blocage du genou peut guérir avec un traitement classique (anti-inflammatoires, béquilles, physiothérapie).

Cependant, il en va autrement lorsqu'il s'agit du ligament croisé antérieur (placé en avant du genou), qui est responsable du mouvement de pivot du genou. C'est d'habitude ce ligament qui est touché dans les chutes en patin, au hockey et dans les accidents de ski. Une intervention chirurgicale est souvent nécessaire.

Atteinte aiguë

Blocage mécanique

Chirurgie mineure réalisée par arthroscopie, un examen de l'intérieur de l'articulation qui permet en même temps de procéder à la méniscectomie (enlèvement du ménisque) ou à l'extraction du morceau de cartilage qui a bloqué l'articulation.

Déchirure ligamentaire

Selon les activités sportives pratiquées par le sujet, le traitement ira du traitement classique à l'intervention chirurgicale.

Si le sujet pratique un sport de façon intense et désire reprendre son activité sportive, une intervention chirurgicale s'imposera.

Toutefois, le sujet peut vaquer à ses activités quotidiennes sans que l'on ait recours à une intervention chirurgicale.

Blocage antalgique

Il s'agira ici de régler le problème qui cause ce type de blocage.

Atteinte chronique

Afin de ralentir l'évolution de la maladie, le médecin pourra proposer un régime alimentaire visant à atteindre un poids idéal.

Il pourra également suggérer une modification des activités sportives et une diminution de celles pouvant occasionner des traumatismes répétés.

Il prescrira des analgésiques et des anti-inflammatoires ainsi que des séances de kinésithérapie pour permettre une meilleure maîtrise de la douleur.

Le médecin pourra aussi prescrire certaines orthèses pour replacer le genou dans son axe et éviter une détérioration importante.

Selon le cas, il pourra prescrire un lubrifiant que l'on injecte dans l'articulation (acide hyaluronique), afin d'augmenter la qualité du liquide articulaire et permettre une meilleure absorption des chocs.

Les cas d'arthrose très avancée pourront nécessiter une intervention chirurgicale avec une prothèse totale ou une hémi-prothèse.

publié initialement le 31/05/2001 - 02h00 et mise à jour par Dr Philippe Presles le 23/11/2012 - 09h33

Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Quel sport pour les genoux abîmés ? Publié le 26/05/2016 - 12h20

Lorsqu’on a des problèmes de genoux, certains sports sont à éviter. Mais attention à ne pas tomber dans l’excès inverse : l’activité physique est primordiale pour la santé des articulations ! Voici quelques sports à privilégier.

Ski, la grande casse du genou ! Publié le 07/01/2016 - 17h29

Autrefois, en partant aux sports d'hiver, on courait le risque de se casser une jambe. Aujourd'hui, les fractures sont devenues plus rares... mais ce sont les genoux qui trinquent !

Plus d'articles