L'art des confitures

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Vendredi 29 Juin 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 22 Août 2008 : 02h00
-A +A
Les symboles attachés aux confitures, et soigneusement entretenus par le marketing, ne manquent pas : tradition, enfance, nature, grande maison à la campagne, doigts dans le pot, grand-mère, bassine en cuivre, parfums, bienfaits des fruits. Tout cela entaché de plus ou moins d'interdits pour cause de sucre.

L'art des confitures

La confiture trouve son origine dans le raisiné, ce jus de fruit que les Romains laissaient évaporer pour le concentrer en sucre. Mais l'art des confitures est né en fait au Moyen-Orient et a gagné l'Europe via les Croisés qui découvrirent là-bas le sucre de canne. Rares jusqu'au 19ème siècle, les confitures se répandirent généreusement avec la découverte et la généralisation du sucre de betterave. Les confitures ont longtemps fait l'orgueil des " bonnes ménagères ". Maintenant 40 % d'entre elles seulement préparent des confitures " maison ", l'industrie s'étant emparée de ce marché fructueux où l'on trouve le pire plus souvent que le meilleur. En effet, dans une vraie confiture, les fruits, entiers ou en morceaux, restent identifiables et ne sont pas en purée.

Sucre et fruits

Il faut au moins moitié de fruits et moitié de sucre pour qu'une confiture soit bonne et puisse se conserver, ce qui est son but. Faire des confitures sans sucre ? Impossible ! Sans lui, elle ne prend pas et reste liquide. La pectine des fruits, libérée par la cuisson, se combine avec lui pour former un gel au moment du refroidissement. Le rôle du sucre est aussi anti-bactérien : il absorbe totalement l'eau contenue dans les fruits et empêche la prolifération des microbes car ils ont besoin de celle-ci pour se développer. D'où la nécessité d'une grande quantité de sucre : entre 50 et 75 % selon la teneur en eau des fruits. C'est pourquoi les confitures allégées en sucre ne se conservent pas ailleurs que dans le réfrigérateur et moisissent vite.La confiture est avant tout un produit sucré et non, comme certaines publicités le proclament parfois scandaleusement une autre façon de consommer des fruits.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Vendredi 29 Juin 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 22 Août 2008 : 02h00
A lire aussi
Orange Publié le 22/06/2001 - 00h00

Jusqu'au début du 20ème siècle, l'orange fut un produit rare et de luxe que l'on ne mangeait qu'à Noël. Elle est maintenant un des fruits le plus important du commerce mondial et, après la pomme, celui qui est le plus consommé en France.

Groseille Publié le 21/06/2001 - 00h00

Originaire de l'Europe septentrionale, la groseille est cultivée en France depuis le Moyen Age. Comme sa cousine, la groseille à maquereaux, c'est une baie, de la famille Saxifragacées et, dans cette famille, du genre "Ribes", mot d'origine arabe qui signifie aigre.

Châtaigne et marron Publié le 15/01/2003 - 00h00

Châtaigne et marron sont des fruits, du point de vue de la botanique. Mais ils ne peuvent pas se consommer crus. Ils sont riches en amidon. C'est pourquoi, du point de vue de la nutrition, on les range dans la grande famille, un peu fourre-tout, des féculents.

Yaourts et laits fermentés Publié le 10/07/2001 - 00h00

Les français sont parmi les plus gros consommateurs de yaourts et de laits fermentés. Est-ce parce que nous voulons tous devenir centenaires ?

Plus d'articles