Y a-t-il plus de sexe chez les autres que chez moi ?

À force d'entendre parler de « porno-chic », de pratiques d'échangisme, de vibromasseurs et de voir à la télévision des émissions où des Français comme tout le monde témoignent de pratiques sexuelles étonnantes, chacun d'entre nous peut finir par se demander, non pas si l'herbe est plus verte ailleurs, mais si elle est plus excitante !

PUB

Les pratiques sexuelles relatées dans les médias ne reflètent pas la réalité

Pour être exact, ces aspects de la sexualité, mis en avant par les médias, ne témoignent pas de la réalité de la sexualité, mais ont un effet loupe sur des pratiques sexuelles souvent marginales !

La preuve ? La réaction des enquêteurs qui ont participé à une étude sur la sexualité des Français*. Cette réaction de ceux qui ont entendu plus de 20.000 personnes répondre aux questions est étonnante. Ils ont en effet été surpris par la banalité des pratiques sexuelles en France !

Les pratiques sexuelles des Français sont extrêmement banales !

Près de 80% des personnes interrogées ont déclaré n'avoir eu, au cours de la dernière année qu'un seul partenaire sexuel. On est loin de la « bienheureuse infidélité » parfois considérée comme la nouvelle norme. Et « pire », la moitié des femmes environ n'aurait eu qu'un seul partenaire sexuel dans leur vie... Plus fort encore, ce sont les personnes qui n'ont qu'un seul partenaire qui se déclarent les plus satisfaites de leur situation. Finalement, la monotonie engendrée par la monogamie n'est peut-être pas si répandue qu'on a pu l'imaginer !

PUB
PUB

Quant aux pratiques sexuelles, elles sont plutôt classiques : les caresses mutuelles, la pénétration vaginale, sont les plus pratiquées. En revanche, la fellation, le cunnilingus, la pénétration anale, et même l'insertion des doigts dans le vagin sont beaucoup plus rares.

Et tout n'est pas rose en France, pays pourtant réputé pour la qualité de ses amants (et aussi de ses maîtresses !) : plus de la moitié des hommes et des femmes déclarent souffrir de troubles sexuels constituant des obstacles à leur épanouissement sexuel !

Finalement, si vous pensez être un laissé pour compte de la grande fête sexuelle des sens, vous vous trompez sans doute : vous êtes comme tout le monde tout simplement ! Consolez-vous en pensant que le terme « sexualité » évoque surtout pour les 20.000 interrogés « les relations sentimentales et amoureuses » bien plus que « le plaisir sexuel ». Et pour ressentir de l'amour, on n'a pas forcément besoin de pratiques compliquées, mais surtout d'un coeur qui bat !

* d'après un article d'Alain Giami, psychosociologue, directeur de recherche à l'INSERM, qui a participé à l'enquête sur les comportements sexuels en France.

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 14 Avril 2004 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 17 Mars 2011 : 13h25