Vous dormez comment ?

© Adobe Stock

L'institut de sondage Isopublic a réalisé pour Ikéa, une étude internationale portant sur les habitudes de sommeil dans le monde. Plus de 14.000 personnes à travers 27 pays ont été interrogées. Certains résultats sont intéressants à citer. Les plus gros dormeurs dans le monde sont les Polonais et les Néerlandais avec une moyenne de 7 heures 31, les plus petits étant les Malaisiens avec 6 heures 36. Quant aux Français, ils dorment en moyenne 7 heures 10.

PUB

Bien sûr, plus on est jeune, plus on dort. Et dès que d'autres personnes accèdent à la chambre (les enfants sont pointés du doigt), on perd 6 minutes de sommeil. Mais ce sont les femmes qui dorment le plus longtemps (peut être est-ce là le secret de leur longévité). Quoi qu'il en soit, on dort moins qu'il y a cinq ans, comme le ressentent nettement 44% des Français (contre 36% dans le reste du monde).Rappelons que la qualité du sommeil passe avant la quantité. En effet, un bon sommeil doit permettre de passer une journée en bonne forme sans sensation de somnolence. C'est ainsi que la quantité varie selon l'âge : 18 heures pour les nourrissons, 12 heures pour les jeunes enfants et 7-8 heures pour les adultes. Or en moyenne, la nuit des adultes ne dépasse pas les 7 heures 30. Cette courte durée provient peut-être de la notion d'insomnie. Entre 10 et 20% des Français en souffrent, particulièrement les femmes de plus de 55 ans.

PUB
PUB

Mais le manque de sommeil ne s'explique pas exclusivement par l'insomnie. La vie moderne, avec notamment des temps de transports qui s'allongent, sans oublier les heures interminables passées devant la télévision et l'ordinateur au détriment d'un bon sommeil réparateur (qualité, quantité et régularité), sont aussi en cause.Cette baisse du temps de sommeil porte à conséquences : un Français sur cinq déclare mal dormir et en subire les conséquences toute la journée : irritabilité, fatigue générale, agressivité, maux de tête, tensions musculaires, troubles digestifs la dégradation de notre sommeil ne serait-elle pas à l'origine de l'anxiété et de la dépression, un trouble et une maladie actuellement en forte hausse ?

A lire

« Savoir dormir » du Dr Danielle Teszner aux éditions Flammarion.Danielle Teszner est médecin au laboratoire du sommeil à l'hôpital Henri Mondor à Créteil.

Publié le 23 Juin 2004
Auteurs : Dr Philippe Presles
Source : Dossier de presse IKEA, " Tous au lit ", mai 2004.