Vigne Rouge

Les feuilles de vigne rouge (Vitis vinifera) sont réputées pour leurs propriétés destinées à lutter contre la mauvaise circulation sanguine à l’origine des jambes lourdes.

Publicité

La vigne rouge, plante millénaire

L’histoire de la vigne est si ancienne qu’elle se confond avec celle de l’humanité. Citée dans la Bible, elle était déjà connue des Égyptiens et les Grecs en avaient fait un élément essentiel de leur agriculture. Aujourd’hui présente sur toutes les parties du globe, la vigne est principalement cultivée pour ses raisins, fruits délicats dont on tire le vin. Et les vins médicinaux ont longtemps été les remèdes les plus employés jusqu’au XIXème siècle.

En phytothérapie, ses feuilles qui prennent une couleur rouge intense à l’automne sont traditionnellement utilisées pour retrouver des jambes légères ou en cas de fragilité des vaisseaux capillaires.

Des actifs pour la circulation

Les feuilles de vigne rouge contiennent des anthocyanosides, ainsi que des tanins et des flavonoïdes (dont la quercétine). Ces éléments confèrent à la plante des propriétés bénéfiques sur le système circulatoire. La quercétine est reconnue pour avoir des effets anti-inflammatoires et anti-œdémateux, notamment en cas d’insuffisance veineuse chronique (1). Les anthocyanosides auraient des propriétés angio-protectrices (augmentation de la résistance des vaisseaux capillaires et donc diminution de leur perméabilité). Les tanins sont quant à eux réputés comme astringents d’où un usage traditionnel de la vigne rouge en cas de diarrhée et d’hémorragie (notamment utérine). Elles contiennent aussi de la vitamine C et des sels minéraux.

L’Agence européenne des médicaments reconnaît l’usage « bien établi » des feuilles de vigne rouge dans le traitement de l’insuffisance veineuse chronique qui peut se caractériser par un mal aux jambes, une sensation de jambes lourdes, des varices ou encore de l’impatience dans les jambes ; ainsi qu’un usage « traditionnel » en cas d’hémorroïdes et de fragilité des vaisseaux capillaires (à l’origine d’ecchymoses ou de pétéchies).

La vigne rouge ne semble pas avoir encore livré tous ses bienfaits : les pépins ainsi que la peau des raisins de la vigne rouge font actuellement l’objet d’études pour leur teneur en oligo-proanthocyanidines (OPC) et en resvératrol aux propriétés prometteuses.

Guide: 

Publié par Audrey Gast le Vendredi 24 Avril 2015 : 15h46
Mis à jour le Lundi 15 Février 2016 : 17h15
PUB
PUB