Vieillir ou conduire : un débat complexe

Les faits divers dramatiques relatant des accidents de la route mettant en cause les conducteurs seniors ne manquent jamais de relancer la polémique : faut-il interdire la conduite aux seniors, souvent jugés dangereux ? Or le débat est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. En premier lieu, plus de 65% des retraités possèdent une voiture (garant de leur autonomie) et cette proportion ne cesse d'augmenter. Ensuite, contrairement aux idées reçues, les seniors ne provoquent pas plus d'accidents que la moyenne.
Publicité

Selon les statistiques, les seniors, jugés trop rapidement dangereux, ne provoquent pourtant pas plus d'accidents de la route que la moyenne. En effet, leurs risques sont faibles en raison d'un kilométrage annuel parcouru réduit et d'une attitude généralement très prudente au volant, notamment en évitant la conduite en conditions difficiles (de nuits, aux heures de pointe, en zones urbaines, par temps de pluie…). Ils roulent moins vite que les plus jeunes et présentent bien moins souvent d'alcoolémie positive.En revanche, il est vrai qu'à partir de 75 ans, les seniors repassent dans une catégorie à risque, qui reste toutefois bien inférieure à celle des très jeunes. En règle générale les circonstances de l'accident sont identiques : lors du changement de direction, d'une insertion dans la circulation, aux intersections… Toutes ces situations nécessitent une prise de décision rapide.

Publicité
Publicité

Quelles solutions ?

A l'inverse de certains pays qui associent lors du renouvellement du permis un examen médical à partir de 65 ou 70 ans, la législation française ne dispose d'aucune mesure. Pourtant selon les sondages, les Français y sont favorables. Notamment, 82% d'entre eux sont d'accord pour repasser des tests de conduite au-delà de la cinquantaine. Quant aux personnes de plus de 50 ans, elles le souhaitent à hauteur de 40%.

Le seul blocage : fixer un âge limite à la conduite !

Nous sommes près des deux tiers à vouloir fixer un âge limite à la conduite, en moyenne autour des 74 ans. Or, c'est justement sur ce point que les avis divergent fortement : la vigueur mentale et physique ne correspond aucunément à la date de naissance !

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 28 Août 2001 : 02h00