Verrue plantaire : c'est quoi ?

Les verrues sont de petites excroissances cutanées. Elles sont dues à l’un des virus appartenant à la grande famille des papillomavirus. Les verrues plantaires ont leurs propres caractéristiques. Elles ont aussi la particularité d’être difficiles à traiter, mais nombre de verrues plantaires finissent également par disparaître spontanément.
© Istock
Sommaire

À quoi ressemblent les verrues plantaires ?

Les verrues plantaires siègent comme leur nom l’indique sur la plante des pieds. Mais elles peuvent aussi s’installer sur le dos du pied ou sur les orteils.

Situées sous le pied, les verrues sont aplaties et entourées d’une peau épaissie. Sur le pied ou les orteils, elles sont plus en relief et plus charnues.

  • Les verrues plantaires sont dures, avec une surface rugueuse et des contours bien délimités.
  • Elles sont de couleur grise ou marron avec une petite zone centrale noire.
  • Elles ont tendance à saigner : des sortes de petites piqûres d’épingles rouges se forment par exemple lorsque le médecin racle ou coupe la surface de la verrue.
  • Certaines verrues plantaires poussent en groupes, d’autres sont isolées.
  • Certaines personnes n’ont qu’une ou deux verrues, d’autres beaucoup plus, parfois par centaines.

Les verrues sont-elles contagieuses ?

Les verrues sont véhiculées par des virus (papillomavirus humain ou HPV) et sont donc contagieuses et transmissibles. Toutefois, des contacts prolongés et répétés sont nécessaires pour que le virus se propage.

C’est ainsi que les verrues plantaires se propagent davantage d’une région à une autre que d’une personne à une autre.

Les verrues plantaires peuvent apparaître à tout âge, mais touchent plus souvent les enfants et les jeunes adultes, épargnant les plus âgés.

Probiotiques : Les meilleurs PROBIOTIQUES du marché !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Manuel Merck, Editions Larousse. Van Haalen FM et coll. Br J Dermatol 2009 ; 161 : 148-52.