Vernis à ongles : ils peuvent transporter des perturbateurs endocriniens

Les vernis à ongles peuvent présenter un danger pour le système de reproduction et un risque pour la fertilité. Une réalité récemment mise au jour lors d’une étude menée aux États-Unis par des chercheurs de l'université de Duke et l'organisation EWG (Environmental Working Group).

Quelques heures après l’application de leur vernis, on a retrouvé dans les urines des femmes participantes à l’étude une concentration importante d’un plastifiant utilisé dans les vernis à ongles et suspecté d'agir en perturbateur endocrinien.

Le vernis à ongle toxique ?

Ce plastifiant a pour nom Triphenyl phosphate (TPHP). Il contribue à rendre le vernis à ongles plus souple et à améliorer sa tenue sur l’ongle. On le trouve également dans la fabrication de certains plastiques et comme retardateur de flamme dans les mousses des meubles.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle qui peuvent interférer avec le fonctionnement des glandes endocrines, organes responsables de la sécrétion des hormones. Et peuvent ainsi affecter de façon toxique le système de reproduction humain.

Alors que très peu de molécules sont censées avoir le pouvoir de traverser les ongles, les chercheurs de cette étude ont supposé que les solvants contenus dans les vernis à ongles pouvaient rendre l’ongle plus absorbant.

Lorsque les participantes de l’expérience portaient des gants ou s’étaient appliqué de faux ongles synthétiques, le niveau de DPHP dans leur urine restait à peu près stable ; c’est quand elles ont appliqué le vernis directement sur leurs ongles que le taux de DPHP est apparu dans leurs urines jusqu’à 7 fois plus élevé.

En conclusion, pour les utilisatrices régulières de vernis à ongles, cette exposition pourrait représenter un danger réel pour leur système de reproduction à long terme.

Bien choisir son vernis à ongles

Il est possible de limiter les risques d'exposition à condition de suivre quelques conseils :

  • lire les étiquettes et les listes d'ingrédients des produits, pour éviter ceux qui contiennent du Triphenyl phosphate ;
  • utiliser moins, et moins souvent, de vernis à ongles, en cas de grossesse ou à l'âge de la puberté ;
  • appliquer toujours le vernis dans une pièce bien ventilée, et éviter de trop l'inhaler ;
  • éviter le contact du produit avec les cuticules car leur réseau capillaire qui entoure l'ongle est suspecté de jouer un rôle de "transporteur" des substances chimiques dans l'organisme.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Duke-EWG Study Finds Toxic Nail Polish Chemical In Women's Bodies du 19 octobre 2015