Les veinotoniques soulagent vraiment les jambes lourdes

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 03 Novembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 29 Juin 2016 : 12h14

Les veinotoniques sont souvent considérés par les scientifiques comme des médicaments inefficaces et inutiles. Suivant cette considération, le gouvernement vient de réduire leur remboursement à 15% et annonce leur déremboursement total pour 2008. Pourtant, des milliers de personnes en prennent pour un vrai bénéfice : soulager leurs jambes lourdes. Comment expliquer ce paradoxe ?

PUB

Cela fait longtemps que le déremboursement des veinotoniques est annoncé. Déjà en 1999, ils avaient failli passer à la trappe et leur remboursement avait été ramené à 35%. Pourquoi ? Parce que leur Service Médical Rendu ou SMR était jugé insuffisant. Autrement dit, il est difficile d'objectiver un effet bénéfique de ces médicaments et cela rend délicate la justification de leur prise en charge par la société. Et c'est vrai que les études scientifiques peinent à démontrer leur efficacité. A l'inverse, des médicaments agissant contre l'hypertension ou le cholestérol, pour lesquels il est facile de montrer une baisse des chiffres tensionnels ou une réduction du taux de cholestérol, il n'existe pas de symptôme mesurable des « jambes lourdes ». Bien sûr la patiente souffre (car il s'agit le plus souvent d'une femme), bien sûr ses jambes sont gonflées, mais ces symptômes sont délicats à mesurer et ne plaisent pas vraiment aux scientifiques : il n'existe pas de chiffre normal auquel se référer et cela rend les expérimentations plus subjectives.

Les arguments indirects existent pourtant :

  • dans la crise hémorroïdaire (pathologie veineuse aiguë par excellence puisqu'il s'agit d'une varice inflammatoire, et très douloureuse, au niveau de l'anus), les veinotoniques à forte dose sont très efficaces pour réduire la durée de la crise ;
  • les études en laboratoire montrent un effet important des veinotoniques sur la tonicité des cellules endothéliales, ces cellules qui tapissent les veines et les artères ;
  • les interventions et hospitalisations pour pathologies veineuses des jambes sont plus courantes quand les veinotoniques ne sont pas disponibles.
Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 03 Novembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 29 Juin 2016 : 12h14
PUB
PUB
A lire aussi
Diagnostic difficile : attaque de panique ou épilepsie ?Publié le 26/10/2000 - 00h00

L'épilepsie et l'attaque de panique sont deux maladies bien distinctes de par leur cause et leur traitement. Or, sur la base de leurs symptômes il est parfois bien difficile de les différencier. Aujourd'hui cette ambiguïté diagnostic pourrait bien être levée grâce à l'utilisation de l'EEG...

L'association dépression et attaques de panique est fréquentePublié le 14/07/2000 - 00h00

Les troubles panique sont fréquents. Ceux qui en sont atteints subissent de véritables attaques au cours desquelles ils ont l'impression de vivre leur mort imminente. Quand ces troubles sont associés à un état dépressif, le pronostic est plus sombre. Dans tous les cas une prise en charge...

Jambes lourdes, varicesPublié le 31/08/2015 - 14h03

Les plantes sont une aide précieuse en cas d'insuffisance veineuse. La vigne rouge, le marronnier d’Inde, le fragon ou encore le cyprès sont autant de solutions naturelles aux problèmes de jambes lourdes, de varices, d’œdèmes, de crampes et d’inconfort qui ont tendance à s’accentuer...

Plus d'articles