Un homme opéré d’une tumeur cérébrale de près de 2 kilos

© AFP

Santlal Pal, un Indien de 31 ans, s'est vu alléger d'une masse de presque 2 kilos. La cause : une tumeur cérébrale qui s'est développée hors de sa boîte crânienne pendant trois ans.

Publicité

Santlal Pal est un miraculé. A seulement 31 ans, cet Indien a souffert d'une forme rare, mais résistante, de tumeur au cerveau. Une forme particulièrement visible aussi. D'un poids avoisinant les 2 kilogrammes, la masse cancéreuse s'était développée hors de sa boîte crânienne.

Au moment de l'opération, ce patient "semblait avoir deux têtes l'une au-dessus de l'autre", ont confié à l'AFP les médecins de l'hôpital de Bombay (Inde) qui ont réalisé l'opération. Pour Santlal Pal, c'est une chance : le cancer n'a imposé qu'une pression minime sur son cerveau.

Pendant trois ans, la tumeur s'est donc développée sans d'autres symptômes que cette excroissance d'une taille impressionnante. D'ordinaire, les cancers cérébraux provoquent des troubles manifestes : nausées, crises d'épilepsie, maux de tête, troubles de la vue.

Publicité
Publicité

Le jeune Indien, lui, n'a souffert que d'une perte de vision dans la dernière année de sa maladie. L'opération était toutefois nécessaire : la pression imposée par le cancer aurait fini par provoquer des séquelles irréversibles.

7 heures d'opération

Retarder la chirurgie présentait un autre risque. Pour croître, une tumeur a besoin d'un afflux sanguin. Elle aurait donc fini par détourner le sang qui irrigue normalement le cerveau. Ce qui aurait pu le tuer.

Avant d'entrer à l'hôpital, Santlal Pal a tout tenté, précise le site Indian Express. A cause de ses faibles revenus, l'homme ne pouvait pas se payer une prise en charge médicale. Il a donc tenté la médecine ayurvédique, avant de finalement se plier à plusieurs séances de chimiothérapie.

Mais la chimie n'a rien pu pour le malheureux. Il a donc dû se résoudre à se rendre au Nair Hospital de Bombay. 7 heures d'intervention et 11 poches de sang ont été nécessaires pour sortir Santlal Pal de ce mauvais pas. En effet, ce type d'opération augmente fortement le risque d'hémorragie.

Aujourd'hui, l'Indien se porte assez bien. Les médecins espèrent qu'il retrouvera la vue progressivement.

PUB
PUB