Les tumeurs neuro-endocrines, vous connaissez ?

La Journée mondiale des cancers et des tumeurs neuro-endocrines qui se déroule le 10 novembre est l’occasion de faire connaître ces tumeurs rares, qui peuvent se développer en tout point de l’organisme mais qui ont la caractéristique de sécréter des hormones. De progression lente, les tumeurs neuro-endocrines sont difficiles à détecter et à diagnostiquer « si on n’y pense pas ».

Pour améliorer le diagnostic, et ainsi la prise en charge et la qualité de vie des patients, les associations* souhaitent informer le grand public. Alors que faut-il savoir exactement à propos de ces tumeursneuro-endocrines ?

Les tumeurs neuro-endocrines sont difficiles à diagnostiquer

Si les tumeurs neuro-endocrines peuvent se développer n’importe où (glandes thyroïdes, surrénales, reins, etc.), elles se localisent le plus souvent au niveau du systèmedigestif (intestins, pancréas…), des bronches et des poumons.

Mais les symptômes suggérant l’existence d’une tumeur neuro-endocrine sont peu spécifiques et peuvent se manifester aussi lors de nombreuses autres maladies fréquentes et notamment bénignes : douleurs abdominales, bouffées de chaleur, diarrhée, brûlures d'estomac, amaigrissement, toux chronique, palpitations...

Même face à des symptômes bénins, il faut « y penser ! »

Le message est donc simple, face à de tels symptômes, il faut « y penser » et faire des examens complémentaires pour établir un diagnostic formel, évitant ainsi la découverte fortuite de la tumeur, parfois à un stade tardif et plus difficile à traiter.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Worldwide NET Cancer Awareness Day November 10, 2011 ; Association des Patients porteurs de Tumeurs Endocrines Diverses (Apted), http://apted.fr/Documents/Communique%20Presse%20WNCAD%20France%202011-v3f.pdf.