Les traumatismes de l'enfance

Les chocs émotionnels vécus au cours de l'enfance (perte précoce, abus sexuel, violences, etc.) ne sont pas sans conséquence sur le devenir de ces enfants. La survenue de tels évènements est au contraire, un facteur prédictif de psychopathologies et notamment de dépersonnalisation.
Publicité

L'enfance est une période au cours de laquelle chacun construit sa personnalité. C'est aussi une période particulièrement sensible, car à ce stade, l'individu n'a pas encore eu le temps de se constituer une carapace protectrice et sa raison, encore peu développée, ne lui permet pas toujours de comprendre les événements et de les relativiser.

Une étude récente parue dans un journal américain de psychiatrie confirme cette fragilité. Elle montre que les enfants ayant subi un choc émotionnel tel que la perte précoce d'un parent, des abus sexuels ou des violences physiques ont plus de risque de souffrir de dépersonnalisation (perte du sentiment de sa propre réalité physique et mentale) ou de troubles dissociatifs, encore appelés schizophrénie. Ceux qui ont été victimes de négligence ou qui ont été exposés à des scènes de violence familiale ont également un risque plus élevé d'être atteint de psychopathologies.

Publicité
Publicité

Quel que soit le cas de figure, c'est avant toute chose une exposition répétée à des émotions négatives très fortes qui présente le caractère prédictif le plus important. Cette étude confirme donc l'importance de préserver les enfants de tels chocs émotionnels.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 27 Mars 2002 : 01h00
PUB