Les transplantés font du sport

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mercredi 05 Novembre 2003 : 01h00
Certains spécialistes estiment que d'ici dix ans, une opération sur deux consistera à remplacer un organe malade. Les greffes se banaliseront et les transplantés courront les rues !
PUB

Et comment va mon coeur ?

Connaissez-vous l'histoire de ce businessman australien et de ce fermier de Tasmanie qui s'aperçurent lors d'une épreuve sur 5 kilomètres de marche athlétique que dans la poitrine de l'un battait le coeur de l'autre ? Huit ans auparavant, José Lopez, avait souffert de graves problèmes pulmonaires qui avaient nécessité une greffe. Comme souvent pour ce type d'intervention, on lui avait transplanté un bloc coeur-poumons. Ensuite, on avait récupéré l'ancien coeur en parfait état de marche pour le transplanter à un autre patient, Keith Webb, qui souffrait d'une insuffisance cardiaque aiguë. Voilà comment, en recoupant leurs expériences, les deux hommes constatèrent l'échange. Et Lopez de se réjouir que son ancien coeur menait une vie paisible à la campagne.

PUB
PUB

Un remède à long terme

Au-delà de l'anecdote, on soulignera que cette rencontre s'est déroulée lors d'une journée sportive organisée à l'attention des personnes transplantées. Ce genre de manifestations se multiplie partout dans le monde car, au fil des ans, on a pris clairement conscience de l'impérieuse nécessité pour les transplantés d'avoir une activité physique régulière. Car, si les techniques opératoires ont formidablement progressé, au point qu'on ne s'émerveille même plus de cette prouesse que constitue pourtant toujours le remplacement d'un organe défaillant, le risque demeure que le patient ne rejette le greffon. Rappelons que le système immunitaire a été dressé pour réagir contre toute présence étrangère, quand bien même celle-ci a pour mission de sauver l'organisme. Au début, cet écueil condamnait le malade à plus ou moins court terme. Le premier transplanté cardiaque en 1967 survécut 18 jours à son opération ! Heureusement, on dispose désormais de médicaments anti-rejets très efficaces, comme la cortisone ou la ciclosporine qui, consommés à vie, permettent de conserver le greffon. Mais ces traitements s'accompagnent de nombreux effets secondaires. On s'efforce donc de limiter leur consommation aux doses strictement nécessaires. Et c'est là que le sport intervient ! L'activité physique permet de réduire les besoins en médicaments, tout en luttant contre les effets secondaires.

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mercredi 05 Novembre 2003 : 01h00
PUB
PUB
A lire aussi
Un coeur sans pulsation cardiaque Publié le 22/01/2007 - 00h00

Un Québécois de 65 ans atteint d'une insuffisance cardiaque grave est désormais en pleine forme, non pas grâce à une greffe cardiaque, mais grâce à une pompe mécanique. Cet appareil, alimenté par des piles, favorise le flux sanguin en continu. Il s'agit donc d'un coeur artificiel totalement...

Plus d'articles