Transpiration excessive : quelles sont les solutions ?

Publié le 25 Mars 2008 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
La transpiration excessive des mains, des pieds ou des aisselles peut être gênante ou franchement handicapante. Les personnes concernées sont nombreuses mais la plupart d'entre elles ne trouvent pas d'aide pour améliorer leur situation. Pourtant, les médecins disposent maintenant de traitements efficaces. Revue des thérapeutiques contre l'hyperhidrose ou la transpiration excessive avec le Dr Philippe Abimelec*.
© getty
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

A quoi est due la transpiration excessive ?

La transpiration est produite par les glandes sudorales après stimulation du système nerveux dit « sympathique », c'est une réponse à l'augmentation de la température du corps (chaleur, exercice physique, fièvre) et à l'émotion (dont le stress). Les glandes sudorales qui produisent la transpiration sont particulièrement nombreuses aux paumes des mains, aux plantes des pieds et aux aisselles, où la transpiration est plus importante. L'hyperhidrose indique une production excessive de sueur. Les causes de l'hyperhidrose sont en général inconnues, on parle alors d'hyperhidrose essentielle ou primitive. L'hyperhidrose est plus rarement la conséquence de maladies endocriniennes ou neurologiques, on parle alors d'hyperhidrose secondaire. La transpiration excessive débute souvent à la puberté, culmine entre 30 et 40 ans puis décroît ensuite avec l'âge. Elle est généralement intermittente et majorée par le stress, ce qui favorise l'installation d'un cercle vicieux : la transpiration excessive des mains ou des aisselles étant embarrassante, elle génère du stress, ce qui la majore.

La transpiration excessive ou hyperhidrose : un problème médical et handicapant

La sudation (transpiration) excessive est un problème médical qui peut perturber la vie des personnes qui en sont les victimes. Au niveau des aisselles, les vêtements humides se décolorent et les tissus se détériorent. Au niveau des pieds, elle favorise la prolifération de mycoses et de bactéries, et accélère la détérioration des chaussures. L'hyperhidrose des mains est la plus invalidante, car elle est à l'origine d'une gêne sociale : on redoute de serrer les mains ou de toucher des papiers, sans parler de la mauvaise odeur.

Comment remédier à la transpiration excessive -ou hyperhidrose- localisée ?

Les déodorants au chlorure d'aluminium

Ces produits sont commercialisés sous les noms de détranspirant, antitranspirant, déodorant de longue durée, sous forme de liquide, de crème ou de gel qui contient aussi de l'acide salicylique. Ils sont efficaces en cas de transpiration modérée, mais impuissants pour les hyperhidroses majeures. Le chlorure d'aluminium qu'ils contiennent est irritant, ils doivent être utilisés sur des aisselles bien sèches et leur application doit être suspendue quelques jours en cas de brûlures ou d'irritations, ou d'épilation. Des préparations à concentrations élevées de chlorure d'aluminium associé à l'acide salicylique (préparation du Dr Benohanian**) sont prescrites par certains dermatologues.

L'ionophorèse

Il s'agit d'un traitement de seconde intention pour les hyperhidroses des mains et des pieds. Il utilise le courant électrique continu à des fins thérapeutiques. Les mains et/ou les pieds sont trempés dans des bacs remplis d'eau dans lesquels passe un courant électrique continu de faible intensité. Le traitement débute en général par trois à cinq séances de 10 minutes par semaine, jusqu'à l'obtention d'un résultat satisfaisant. Des séances d'entretien sont ensuite nécessaires deux à trois fois par semaine. L'ionophorèse est assez contraignante mais souvent efficace, bien tolérée et sans danger lorsqu'elle est réalisée par un médecin ou un kinésithérapeute diplômé. Un conseil : Il vaut mieux essayer cette thérapeutique chez un médecin (dermatologue, kinésithérapeute) avant d'acheter un appareil coûteux. Par ailleurs, la réalisation du traitement est délicate et nécessite un apprentissage pour éviter les complications (brûlures).

Le botox

Le botox (toxine botulique) est un traitement rapide, sans danger et très efficace de la transpiration excessive des aisselles, des mains ou du front lorsque ceux-ci ne répondent pas au chlorure d'aluminium. Il a l'inconvénient d'être cher et présente certaines contre-indications (myasthénie, sclérose latérale amyotrophique, prise d'antibiotiques aminosides, femmes enceintes ou qui allaitent). Le botox est injecté en très petites quantités dans la peau à traiter. L'aiguille étant extrêmement fine et la piqûre superficielle, ces injections sont peu douloureuses au niveau des aisselles mais nécessitent une anesthésie au niveau des mains. L'effet apparaît deux jours après les injections puis augmente pour atteindre son maximum après deux semaines. La durée d'action varie en fonction de chaque patient, de la concentration de toxine et de la dose totale injectée. Mais en moyenne, ce traitement suspend la transpiration chez 96% des personnes pendant une durée de 7 mois. Les injections doivent être répétées à intervalles réguliers car il s'agit seulement d'un traitement suspensif.

Les interventions chirurgicales

L'excision des glandes sudorales des aisselles est efficace pour la transpiration excessive invalidante des aisselles qui ne répondent pas aux autres traitements. Le chirurgien retire une large portion de la peau des aisselles, et donc aussi les glandes qui produisent la sueur. Une large cicatrice en Z persiste ensuite définitivement. La sympathectomie endoscopique transthoracique est réservée aux hyperhidroses très invalidantes des mains, qui résistent aux autres traitements, elle consiste en la ligature ou la section de racines nerveuses du système " sympathique ". Les résultats sont permanents, mais il existe des complications (inhérentes à la chirurgie et à l'anesthésie) et des effets secondaires (hyperhidrose compensatrice au niveau du thorax, du dos, des cuisses et parfois du visage). L'hyperhidrose compensatrice peut être légère ou très invalidante.

Comment traiter l'hyperhidrose généralisée ?

En fonction des zones où prédomine la transpiration excessive, les traitements des hyperhidroses localisées sont couplés à un traitement par voie orale (oxybutinine, glycopyrollate ou propanthéline). En conclusion, il existe différentes solutions permettant de remédier à une transpiration excessive localisée ou généralisée. Il ne faut donc pas hésiter à consulter son médecin traitant ou un dermatologue pour envisager les solutions les mieux adaptées au cas par cas.

Source : Conseiller scientifique : Dr Philippe Abimelec, dermatologue à Paris.