La transfusion sanguine : pensez à donner votre sang !
Publié le 16 Octobre 2000 à 2h00 par Dr Sylvie Coulomb
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

En France, des centaines de milliers de malades sont traités chaque année grâce aux dons de sang. Depuis le 1er janvier 2000, la transfusion sanguine est assurée par l'Etablissement Français du Sang. Cet organisme a pour mission de collecter, de produire et de distribuer les produits sanguins. Il est également chargé d'adapter les techniques de transfusions aux évolutions scientifiques, notamment celles qui concernent la réduction du risque de transmission de maladies infectieuses.

Un bref rappel sur la composition de notre sang

Notre sang est composé de cellules et de plasma. Celui-ci contient différentes protéines, comme l'albumine, les facteurs de coagulation et les immunoglobulines (ou anticorps). Les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes constituent les cellules sanguines. Les globules rouges portent des marqueurs qui déterminent les groupes sanguins. Ils sont classés selon différents systèmes, dont le plus connu est A-B-O et Rhésus.En matière de transfusion sanguine, il est impératif de tenir compte des groupes sanguins A, B et O, ainsi que du groupe Rhésus du donneur et du receveur, afin de toujours respecter leur compatibilité. Ainsi, les donneurs de groupe O sont des "donneurs universels" car un sang de ce groupe sera toléré par tous les receveurs, quel que soit leur groupe sanguin. A l'inverse, les sujets de groupe AB sont des "receveurs universels" car ils peuvent recevoir du sang de n'importe quel groupe.

Qu'est-ce qu'une transfusion ?

La transfusion correspond à un transfert de sang, ou de ses constituants, d'un sujet donneur à un sujet receveur. Selon la nature de la maladie, on transfuse des globules rouges, des plaquettes ou du plasma frais congelé. La transfusion de globules blancs est exceptionnelle.L'autotransfusion consiste à prélever à une personne, en plusieurs fois, une certaine quantité de sang qui sera ensuite stockée sous forme congelée, en attendant de lui être transfusée. Elle peut être notamment indiquée lors d'une intervention chirurgicale prévue à l'avance. Lorsqu'elle est possible, l'autotransfusion est la meilleure solution car elle écarte tout risque de transmission d'infection ou d'incompatibilité de groupe.

Quand faut-il transfuser ?

Au cours de certaines maladies, comme les leucémies, les cancers, les aplasies médullaires (arrêt de fabrication des cellules sanguines par la moelle osseuse), lors d'hémorragies importantes ou au cours d'interventions chirurgicales, le taux de globules rouges ou de plaquettes peut diminuer de façon importante et exposer le malade à des complications cardiaques, respiratoires ou hémorragiques. La transfusion est alors indiquée pour maintenir un taux correct de cellules sanguines.La transfusion de protéines du plasma a des indications bien précises:- l'albumine dans le traitement des hémorragies, d'un état de choc, de brûlures étendues, de certaines maladies du rein ou du foie.- les facteurs de coagulation dans le traitement de l'hémophilie: il s'agit d'un déficit génétique qui prive le sujet atteint d'un facteur de coagulation sanguine, entraînant une coagulation insuffisante, parfois même quasi inexistante. On traite ce déficit par l'injection du facteur de coagulation manquant, l'inconvénient étant de devoir subir à vie des transfusions, avec les risques que cela comporte (infectieux, immunitaires, ...).

Y a t-il encore des risques aujourd'hui à être transfusé ?

Les quelques 2 millions et demi de dons recueillis chaque année sont contrôlés, selon des normes rigoureuses de sécurité et de qualité. Les donneurs sont sélectionnés après un interrogatoire et éventuellement un examen clinique, à la recherche d'un facteur de risque de maladie infectieuse transmissible. Des tests de dépistage sont effectués sur chaque don: recherche d'anticorps irréguliers, sérologies de la syphillis, du VIH ou virus du sida, des hépatites B et C ainsi que le dosage des enzymes du foie. Le sang collecté subit alors un processus d'élimination et d'inactivation des virus par des méthodes de chauffage notamment.Ainsi, les risques résiduels de contamination sont de plus en plus réduits au fur et à mesure de l'avancée des connaissances et des progrès techniques. Ces risques sont aujourd'hui de 1/1 600 000 pour le virus du sida, de 1/180 000 pour le virus de l'hépatite B et de 1/400 000 pour le virus de l'hépatite C.Sachez aussi que les personnes transfusées sont étroitement surveillées afin de dépister le plus tôt possible une éventuelle complication. Votre médecin vous proposera donc de pratiquer des tests de dépistage (virus du sida et de l'hépatite C) avant et 3 mois après une transfusion.

Les effets secondaires restent rares

Il faut savoir que la transfusion, comme tout traitement médical peut entraîner des réactions "indésirables", pendant ou après la transfusion. Les réactions allergiques ne sont en général pas graves, qu'il s'agisse d'une éruption cutanée, d'urticaire, ou d'une gêne respiratoire chez une personne asthmatique. Une fièvre ou des frissons peuvent également survenir, en l'absence d'infection. Il est exceptionnel que des accidents plus graves se produisent, et font alors suspecter une incompatibilité entre donneur et receveur. Quel que soit l'effet secondaire, sa survenue impose l'arrêt immédiat de la transfusion ainsi que l'analyse du sang transfusé. De plus, l'incident doit être signalé au service d'hémovigilance de l'hôpital, chargé de gérer les problèmes survenant lors des transfusions. Une enquête médicale sera alors réalisée afin de déterminer la responsabilité (ou imputabilité) du sang transfusé dans la survenue de l'incident.

Le don du sang en France

Durement touchés par l'affaire du sang contaminé, les dons de sang ont baissé de plus d'un tiers en dix ans. Et, aujourd'hui, même si on ne peut vraiment parler de pénurie, la France ne se suffit pas à elle-même en matière de dons de sang. Alors, n'hésitez pas à donner votre sang, si vous avez la chance d'être en bonne santé. Songez aux nombreux malades pour qui seule la transfusion sanguine permet un traitement efficace. Peut-être qu'un jour, vous, ou l'un de vos proches, aurez besoin d'une transfusion, vous penserez alors aux donneurs avec reconnaissance !

Source : La transfusion sanguine. Ph. Rouger. PUF Que sais-je La transfusion sanguine. J.C. Sournia, J. Ruffie. Fayard