Les traitements de l'ostéoporose : ils sont nombreux !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 05 Mars 2007 : 01h00
Excepté le traitement hormonal de la ménopause, très peu de femmes connaissent l'existence des quatre types de traitements indiqués dans la prévention des fractures de l'ostéoporose. Comment fonctionnent-ils ? Qui peut en bénéficier et combien coûtent-ils ? Le point avec le Dr David Elia*.
PUB

e-sante : Quels sont les traitements dont on dispose pour prévenir l'ostéoporose ?Dr David Elia : Il faut bien comprendre que l'os est un tissu en perpétuel renouvellement. Il existe des cellules qui détruisent l'os, elles font des forages dans la matière osseuse, tandis que d'autres forment de l'os, elles réparent en comblant immédiatement les trous réalisés par les cellules destructrices. Si l'équilibre est rompu, que les destructeurs deviennent trop actifs et les réparateurs inefficaces, l'os s'affaiblit, il devient poreux et peut se casser plus facilement. Aujourd'hui, excepté le traitement hormonal de la ménopause, les traitements indiqués dans la prévention des fractures sont nombreux. L'objectif est de rétablir l'équilibre, de stopper les dégâts ou de renforcer des os très fragilisés ou de faire les deux. Ces traitements sont le raloxifène, les bisphosphonates, le tériparatide et le ranélate de strontium. Ils permettent d'agir sélectivement, en renforçant par exemple la réparation (tériparatide) ou en contrant la destruction (bisphosphonates, raloxifène) ou en faisant les deux (ranélate de strontium).

Le traitement hormonal de la ménopause

Les estrogènes, à la base du traitement de la ménopause (THS), sont des hormones qui freinent la destruction osseuse. Ainsi, les femmes qui bénéficient du THS sont en général à l'abri de la perte osseuse. Les estrogènes sont capables de prévenir toutes les fractures : poignet, fémur et vertèbres. Mais tout dépend de la quantité d'estrogènes contenue dans le THS. Ainsi, certains THS protègent l'os, d'autres non. Et actuellement, la tendance est plutôt à la dose hormonale modérée. Il convient donc d'y faire très attention.

PUB
PUB

La raloxifène (comprimés)

Le raloxifène est une molécule surprenante qui agît dans certains endroits du corps comme des estrogènes et dans d'autres à l'inverse des estrogènes. Par exemple, il diminue de 70% le risque de cancer du sein. Au niveau des cellules osseuses, il ralentit la résorption osseuse. C'est à ce titre que le raloxifène est commercialisé en France pour prévenir les fractures vertébrales. Il crée parfois des bouffées de chaleur et est contre indiqué en cas de risque de phlébite.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 05 Mars 2007 : 01h00
PUB
PUB
A lire aussi
Ostéoporose : efficacité confirmée du ranélate de strontiumPublié le 07/05/2007 - 00h00

Le ranélate de strontium est un médicament récent dont les effets préventifs vis-à-vis de l'ostéoporose sont très puissants. Il diminue de 45% le risque de première fracture vertébrale et de 32% le risque de fracture périphérique (poignet, fémur). Il est également efficace quel que soit...

Ostéoporose : le traitementPublié le 29/05/2006 - 00h00

L'ostéoporose, maladie du squelette caractérisée par une fragilité osseuse, conduit à une augmentation du risque de fracture. Du fait du vieillissement de la population, cette affection est extrêmement fréquente. Il convient de diagnostiquer l'ostéoporose à temps. Concernant les...

Ostéoporose : quels facteurs de risque, quels traitements ?Publié le 26/02/2007 - 00h00

L'ostéoporose, qui se caractérise par une fragilité osseuse pouvant mener à des fractures, a la caractéristique d'être silencieuse jusqu'à l'accident.Mais aujourd'hui, nous disposons de différentes stratégies préventives.Chaque femme devrait évaluer ses propres facteurs de risques afin...

Fracture d’ostéoporose : cinq différences hommes/femmes Publié le 12/02/2016 - 16h02

L’ostéoporose et le risque de faire une fracture ostéoporotique ne sont pas l’apanage de la femme et ne sont pas forcément liés à la ménopause. L’homme en souffre aussi, moins souvent mais avec des conséquences plus sévères. Homme ou femme, la même maladie ?

Plus d'articles