Toux du matin : arrêt du tabac impératif !
Sommaire

Le coût économique exorbitant de la bronchite chronique obstructive

La bronchite chronique obstructive est devenue un véritable problème de santé publique. Aux États-Unis, son incidence dans la population est telle que les autorités ont chiffré son coût global, dès 2002, tenant non seulement compte de la prise en charge des malades, mais également du coût indirect généré par l'incapacité de travail.

Une équipe de chercheurs américains a ainsi mis en évidence que les personnes malades atteintes de BPCO avaient une capacité de travail diminuée de 4% à 15% (baisse de productivité et absentéisme), suivant le degré de sévérité dela maladie. Dece fait, son coût a pu être estimé à près de 10 milliards de dollars. Et c'était il y a 10 ans !

Toux chronique, BPCO : arrêt du tabac impératif

Nous ne sommes pas tous égaux face au tabac et certains résisteront peut-être mieux que d'autres. En attendant, le tabac est responsable de la BPCO dans 90% des cas et le risque croît avec le nombre de cigarettes fumées par jour et la durée de consommation.

C'est donc le nombre de cigarettes que l'on a fumé au total au cours de sa vie qui est déterminant.

Un seul mot d'ordre : arrêter définitivement de fumer. Il peut être encourageant de savoir que la capacité respiratoire revient rapidement à la normale après l'arrêt du tabac si les poumons n'ont pas encore trop souffert.

Il ne faut donc pas trop attendre pour consulter : la toux grasse du matin doit constituer un signe d'alerte. Une mesure de la capacité respiratoire chez votre médecin décèlera sans mal une diminution par rapport à la normale, témoin de la souffrance des poumons.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :