Téléphone portable : reprendre l’oreillette pour protéger son cerveau

Publié le 19 Mai 2014 | Mis à jour le 26 Mai 2014
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
© getty

Une étude très sérieuse revient sur le danger potentiel des téléphones portables et leur éventuelle implication dans les tumeurs du cerveau.

Une maladie rare, qui doublerait uniquement chez les utilisateurs intensifs.

Elle incite à reprendre des précautions et à se servir des oreillettes.

PUB

Cette nouvelle enquête sur la relation entre certaines tumeurs du cerveau et l’usage des téléphones portables est à la fois rassurante et inquiétante.

Les chercheurs de cette étude baptisée CERENAT ont interrogé dans plusieurs villes de France 253 personnes atteintes de gliome (le cancer du cerveau le plus redoutable) et 194 autres atteintes de méningiome (tumeur dont l’évolution est beaucoup plus favorable en moyenne). Ils ont comparé leurs réponses à celles de 892 témoins indemnes de toute atteinte cérébrale et habitant au même endroit qu’eux.

PUB
PUB

Au global, pas d’augmentation du risque

Il en ressort que, sur l’ensemble de cet échantillon, il n’existe pas de relation entre l’usage du téléphone portable et la survenue de ces tumeurs cérébrales. Cette information est donc très rassurante.

Un risque majoré chez les grands utilisateurs de portable

Mais il en ressort aussi que ceux qui ont passé plus de 18.360 appels dans leur vie ont un risque qui double de manière significative par rapport à ceux qui font un usage plus modéré de leur portable.

En pratique, cela correspond à plus de 15 heures à téléphoner par mois, soit 30 minutes par jour.

C’est évidemment ce chiffre qui fait peur, car nous sommes nombreux à utiliser nos téléphones portables plus d’une demi-heure par jour, notamment tous ceux qui travaillent en mobilité comme les commerciaux.

Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés