Tabagisme féminin : il faut qu'elles arrêtent !

Alors que la mortalité due au tabagisme a amorcé une décrue chez les Francais, elle augmente de manière inquiétante chez les Francaises. Il est urgent d'enrayer le phénomène.
PUB

Il y a quelques jours, des chercheurs suisses ont présenté des résultats inquiétants* : les fumeuses semblent développer des cancers pulmonaires plus précocement que les hommes qui ont autant fumé. Pour le Dr Martin Frueh et ses collègues de l'hôpital Saint-Gall (Suisse), les femmes seraient plus vulnérables aux carcinogènes du tabac que les hommes. Raison de plus pour arrêter.

Au-delà de ce résultat scientifique qui demande encore à être confirmé, le tabagisme féminin constitue aujourd'hui un problème alarmant. Les dernières données publiées par l'Institut national de veille sanitaire parlent d'elles-mêmes : alors que le nombre de nouveaux cas de cancer du poumon diagnostiqués chaque année tend à diminuer chez les hommes, il augmente de façon préoccupante chez les femmes. Il en va de même pour la mortalité associée à ce cancer de mauvais pronostic : ' Selon certaines projections, elle pourrait être multipliée par 10 d'ici 2025 ' explique le Dr Joëlle Visier, directrice scientifique de l'Office français de prévention du tabagisme. ' Dans certains pays, elle a d'ailleurs d'ores et déjà dépassé la mortalité attribuable au cancer du sein ' précise-t-elle.

PUB
PUB

Il faut qu'elles arrêtent de fumer !

L'augmentation de la mortalité associée au cancer du poumon s'explique largement par la progression du tabagisme féminin observée à la fin du 20e siècle : ' Nous payons le tabagisme des trente dernières années, et dans trente ans, nous assisterons aux effets du tabagisme féminin actuel ' résume le Dr Visier. Alors que les hommes fument de moins en moins depuis les années 50, le nombre de fumeuses a commencé à augmenter à partir des années 70. ' Aujourd'hui, il y a toujours davantage d'hommes que de femmes qui fument, mais l'écart s'est resserré. On estime qu'un tiers des Français et un quart des Françaises sont des fumeurs réguliers ou occasionnels. Et si une diminution du tabagisme s'est amorcée au début des années 2000, ce fléchissement est encore trop faible chez les femmes'.

Au-delà du risque de cancer pulmonaire

Les dégâts du tabagisme féminin sont loin de se limiter à une augmentation du risque de cancer pulmonaire : le tabagisme est un facteur de risque majeur de cancer des voies aérodigestives, de la vessie et du pancréas. Il élève également le risque de développer un cancer du rein, de l'estomac, du foie, du sein et du col de l'utérus, de certaines leucémies**... ' Il apparaît aussi que les femmes ont une susceptibilité accrue aux maladies non cancéreuses des bronches et des poumons qui sont causées par le tabac. Elles sont en outre plus sensibles aux effets de la fumée sur le système cardiovasculaire : le risque d'accident vasculaire cérébral observé chez les femmes est supérieur à celui des hommes ' poursuit le Dr Visier. De plus, le monoxyde de carbone inhalé par les fumeurs est connu pour favoriser la formation de caillots dans les veines. ' Les œstrogènes aussi ! Chez une fumeuse qui prend la pilule, les deux effets se combinent et le risque de thrombose veineuse devient très important, en particulier à partir de l'âge de 35 ans '.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 25 Mai 2009 : 02h00