Tabac : le fumeur a quatre fois plus de risque de faire une dépression

Le tabac est associé à la dépression : les personnes atteintes de dépression fument plus que les autres, et le fumeur a plus de risque de souffrir d'une dépression.
PUB

Plus de dépression chez les fumeurs

Les relations entre le tabagisme et la dépression sont passionnantes. Globalement, l'intérêt des psychiatres pour le tabagisme a débuté dans les années 90. Depuis, les études sont nombreuses. Par exemple, la comparaison d'une population comprenant des sujets ayant déjà fumé dans leur vie, à une population de personnes n'ayant jamais fumé, montre que les sujets qui ont déjà fumé font plus fréquemment des épisodes dépressifs majeurs que les autres (1). La dépression touche 3% des non-fumeurs et 7% des fumeurs. Le risque de suicide est également plus important chez les fumeurs, avec un nombre de tentatives de suicide multiplié par deux

PUB
PUB

Inégalité face au sevrage

On constate aussi que les personnes ayant un antécédent de dépression ont moins de chances de s'arrêter de fumer et que les échecs sont plus fréquents. Il semblerait que l'intensité des symptômes de sevrage une semaine après l'arrêt soit plus importante chez les sujets ayant souffert d'une dépression (2). Globalement, trois hypothèses se dessinent : la dépression induit la dépendance tabagisme et de plus grandes difficultés à l'arrêt ; le tabagisme amène à la dépression ; il existe des facteurs environnementaux et/ou génétiques qui entraînent à la fois la dépression et la dépendance tabagique.

Publié le 06 Mars 2006
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : (1) Glassman et coll.
Voir + de sources
, JAMA, 1990 ; (2) Covey et coll., Compr. Psychiat, 1990 ; Klungsoyr O. et coll., Am. J. Epidemiol., 163 (5): 421-32, 2006.