Surdité : un handicap sous-estimé

Près de cinq millions de Français sont atteints de surdité et avec l'augmentation de l'espérance de vie se chiffre devrait prendre de l'ampleur. En France, la prise en charge est dérisoire et les patients sont réticents face aux prothèses auditives. Pourtant, sans pouvoir encore l'expliquer, il semblerait que l'audition des sujets appareillés s'améliore au cours du temps.
PUB

Même si les données ne sont pas très précises dans ce domaine, on estime que près de cinq millions de personnes souffrent de surdité, et ce chiffre gigantesque devrait encore s'accroître considérablement dans les prochaines années en raison du vieillissement de la population.

Disposant aujourd'hui de prothèses auditives pour améliorer ce handicap, il semblait intéressant d'étudier chez les malentendants appareillés l'évolution des performances auditives, de la compréhension, de la mémoire et de l'attention. Selon les équipes de chercheurs du CNRS qui se sont penchés sur cette question, les porteurs de prothèse finissent par entendre mieux, même sans leur appareil ! Sans pouvoir encore l'expliquer, cette constatation devrait motiver nombre de personnes malentendantes à enfin accepter un tel système de compensation.

PUB
PUB

La France en retard !

En matière de prise en charge de la surdité, la France se situe plutôt dans les derniers rangs européens, juste devant la Belgique et l'Italie. Seuls 4 appareils acoustiques pour 1.000 français sont posés, contre 6 en Suisse, 10 en Grande-Bretagne et 13 au Danemark. Ce retard est souvent attribué à la réticence des patients, considérant la prothèse auditive comme synonyme de vieillesse. Toutefois, il ne faut pas oublier le très faible, voir dérisoire, taux de remboursement de l'appareil. Non seulement le prix moyen d'une prothèse est élevé, compris entre 8.000 et 10.000 francs, mais la Sécurité Sociale ne rembourse qu'environ 1.300 francs; par comparaison, elles sont entièrement prises en charge au Danemark.Beaucoup reste à faire dans ce domaine, tant auprès des patients que des pouvoirs publics.

Publié le 05 Février 2001
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Le Quotidien du Médecin, N° 6844, lundi 29 janvier 2001.