Suite à une piqûre de moustique, elle se retrouve avec un parasite sous la peau

© Autre

En Russie, une femme a été victime d'un parasite à cause d'une banale piqûre de moustique. Pendant plusieurs jours, il s'est promené sous la peau de son visage.

Publicité

Voilà une mésaventure peu rassurante alors que la saison des moustiques bat son plein. En Russie, une trentenaire a dû se rendre chez l'ophtalmologue en urgence. En cause : de multiples piqûres de moustiques survenues au cours d'un séjour en zone rurale. Celles-ci n'ont rien d'anodin puisqu'elles lui ont valu la transmission d'un parasite.

Le nom de l'intrus ? Dirofilaria repens. Il s'invite habituellement chez les chiens et les chats, plus rarement chez l'être humain, et se transmet par la piqûre du moustique, qui est considéré comme un vecteur. Dans le cas de cette Russe, c'est le visage qui a fait les frais de ce petit ver rond.

Publicité
Publicité

Pendant une dizaine de jours, le nématode a voyagé entre les yeux de la femme puis sa bouche. Celle-ci a pris plusieurs photos, avant de se décider à consulter un médecin, inquiète. Car le parasite ne provoquait que rarement de la douleur et des démangeaisons.

800 cas dans le monde

La prise en charge s'est, elle aussi, avérée plutôt simple. Les médecins ont retiré le Dirofilaria repens par chirurgie. Ce qui a suffi à soulager les symptômes.

De fait, "l’homme est un hôte accidentel, chez lequel le ver, en impasse parasitaire, ne peut devenir adulte et meurt en deux à huit ans, expliquent des experts du CHU de Caen (Calvados) dans un article dédié au parasite. Ce sont donc les formes juvéniles immatures qui sont responsables des symptômes."

Que les victimes régulières des moustiques se rassurent : une contamination humaine est rare. Selon une équipe française, quelque 800 cas ont été documentés chez l'homme, la plupart se situant dans le Sud-Est des Etats-Unis, le bassin Méditerranéen, le Japon et les zones subtropicales.

Plusieurs cas ont tout de même été signalés en France. En 2012, des médecins de Caen ont rapporté "le 91e cas français, contracté en Camargue, qui s'est présenté sous la forme d'un nodule abdominal sous cutané."

PUB
PUB