Sommes-nous si différents des personnes schizophrènes ?
Publié le 02 Mars 2009 par Dr Catherine Solano

Vous parlez des hallucinations, mais beaucoup de personnes non atteintes de schizophrénie auraient aussi des idées délirantes ?

JLM : Il peut nous arriver à tous de croire en des choses non démontrées. Ces idées correspondent à des conclusions fausses à partir de faits observés. Elles sont très répandues. Parmi les personnes qui ne sont pas touchées par la schizophrénie, on sait que 25 % pensent qu'il y a des gens qui leur en veulent ou qu'il existe un complot contre elles.

Il peut arriver à n'importe qui de tirer des conclusions aberrantes à partir de ce qu'il vit et d'en être convaincu. Par exemple, dans un avion, pour peu que vous vous sentiez un peu stressé, si vous entendez des bruits bizarres, vous pouvez avoir la conviction que l'avion va s'écraser... même si tout va parfaitement bien. Et si l'hôtesse vous rassure, vous pouvez vous dire ' c'est une preuve que ça va vraiment mal, sinon, elle n'aurait pas besoin de chercher à rassurer les passagers… ' Et vous vous angoissez encore plus. C'est une interprétation quasi délirante à partir de ce que vous vivez.

PUB

Alors, si nous avons tous des hallucinations et des idées délirantes, quelle est la différence entre une personne schizophrène et une personne non-schizophrène ?

JLM : La différence se situe d'abord dans la fréquence des hallucinations. Chez une personne atteinte de schizophrénie, les hallucinations sont beaucoup plus fréquentes. Cela peut être très éprouvant d'entendre toute la journée des voix par exemple. Et puis, ces hallucinations sont plus connotées. Pour les hallucinations auditives, les plus fréquentes, il peut s'agir de menaces, de commentaires parfois agressifs, ou encore d'insultes. Alors que chez monsieur tout le monde, une hallucination sera bien plus neutre en général. Il pourra entendre une voix qui l'appelle par exemple. Et puis, il faut savoir que lors d'une hallucination, l'activité du cerveau est la même que lorsqu'on entend quelque chose provenant du monde extérieur. Lorsqu'un malade schizophrène dit entendre une voix, il l'entend réellement, même si vous ne pouvez l'entendre. Ce n'est pas imaginaire, il y a bien quelque chose qui se passe dans son cerveau. C'est comme s'il y avait un bug ou un mauvais câblage qui entraîne une modification des perceptions auditives, visuelles, olfactives…

PUB

Si nous entendons exceptionnellement une voix alors que personne n'est présent, nous pouvons nous dire que nous sommes fatigués ou que cela n'a pas d'importance. Lorsque les malades schizophrènes entendent fréquemment une voix qui les insulte et semble connaître de nombreux détails sur eux, et qu'en plus cette voix a toutes les caractéristiques des voix entendues habituellement, il leur est très difficile de ne pas en tenir compte.

Source : * Suicide et schizophrénie : évaluation du risque et prévention, G. Gavaudan, N. Besnier and C. Lançon, Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, Volume 164, Issue 2, March 2006, Pages 165-175.