Sommes-nous si différents des personnes schizophrènes ?

© Fotolia

La schizophrénie est une maladie mentale qui fait peur par son étrangeté. Les personnes atteintes de schizophrénie semblent très différentes de celles qui se sentent bien dans leur peau, et de ce fait, très difficiles à comprendre. Pourtant, entre le malade atteint de schizophrénie et une personne en parfaite santé mentale, il n'existe pas tant de distance qu'on pourrait le croire. Jean-Louis Monestès, psychologue qui a beaucoup écrit de manière claire et très humaine sur le sujet (*) a accepté de répondre à nos questions.

PUB

D'abord, la schizophrénie, qu'est-ce que c'est exactement ?

Jean-Louis Monestès : Bien que cette maladie puisse prendre des formes très variées, elle se caractérise classiquement par deux signes : les hallucinations et les idéesdélirantes. Pourtant, beaucoup de personnes vivent ces expériences alors même qu'elles ne sont pas atteintes de schizophrénie.

PUB
PUB

La plupart des gens autour de nous ont donc, d'après vous, des idées délirantes et des hallucinations !

JLM : Disons que chacun est susceptible de vivre ces expériences de manière ponctuelle et qu'il est très fréquent de les avoir vécues, bien plus qu'on ne le croit. On sait que 5 à 25 % des personnes non-malades ont déjà eu des hallucinations. Il peut par exemple s'agir de la voix d'une personne aimée que l'on entend juste après son décès. C'est fréquent dans les jours qui suivent un deuil. Les hallucinations hypnagogiques, au moment où vous sombrez dans le sommeil, sont aussi relativement fréquentes. Vous pouvez voir quelque chose ou entendre une voix alors qu'il n'y a personne… Et l'on sait que les hallucinations peuvent apparaître dans les cas de fatigue intense, de privation de sommeil ou encore d'isolement.

Publié le 02 Mars 2009 | Mis à jour le 21 Décembre 2010
Auteur(s) : Dr Catherine Solano
Source : * Suicide et schizophrénie : évaluation du risque et prévention, G.
Voir + de sources
Gavaudan, N. Besnier and C. Lançon, Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, Volume 164, Issue 2, March 2006, Pages 165-175.