Les smartphones peuvent altérer le fonctionnement des pacemakers

La Société européenne de cardiologie met en garde les porteurs de pacemaker et de défibrillateur automatique implantable (DAI) contre un risque de dysfonctionnement lié à l’utilisation d’un smartphone. Les interférences entre les appareils sont rares mais peuvent être graves.

Les ondes électromagnétiques des smartphones affectent les dispositifs cardiaques

Les ondes électromagnétiques émises par les smartphones sont susceptibles de perturber le fonctionnement des dispositifs cardiaques, pouvant mener à une pause du rythme cardiaque et entraîner des syncopes. Autrement dit, les cellulaires peuvent mettre la vie en danger des cardiaques porteurs d’un pacemaker ou d’un DAI. Mais ce phénomène reste très rare. En effet, des interférences électromagnétiques n’ont été enregistrées que chez un des 308 patients testés. Elles n’en restent pas moins possibles et potentiellement très graves lorsqu’elles surviennent.

Quelles recommandations ?

C’est pourquoi les auteurs de cette étude présentée lors d’un congrès de l’Association européenne du rythme cardiaque et de cardiostim à Milan, proposent une révision des recommandations actuelles, d’autant plus que l’évolution technologique des smartphones est très rapide et susceptible d’accentuer certains risques.

Côté patients, il est conseillé de maintenir son téléphone mobile à distance de 15 à 20 cm de son cœur et de téléphoner avec l’oreille située à l’opposé de l’appareil cardiaque.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Société européenne de cardiologie, http://www.escardio.org/The-ESC/Press-Office/Press-releases/Last-5-years/Cardiac-device-wearers-should-keep-distance-from-smartphones. Association européenne du rythme cardiaque et de cardiostim, Milan (Italie), juin 2015.