Sirop Maxilase : attention aux risques anaphylactiques

Il faut se montrer prudent avec le sirop pour la gorge Maxilase et ses génériques. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) prévient dans sa lettre adressée aux professionnels de santé du mois d’octobre que ces médicaments peuvent provoquer des réactions cutanées, voire anaphylactiques.
© Istock

Les laboratoires Sanofi et Biogaran qui commercialisent respectivement les sirops Maxilase et Alfa-Amylase Biogaran Conseil (ainsi que des versions en comprimés), mettent en garde - en accord avec l’ANSM - les médecins. Ces médicaments pour la toux présentent un “risque de réactions d’hypersensibilité”, notamment des “réactions anaphylactiques”.

La lettre publiée par l’Agence nationale de sécurité du médicament précise “Les réactions d’hypersensibilité associées à l’utilisation des spécialités à base d’alpha-amylase sont généralement cutanées, mais incluent également des réactions anaphylactiques qui peuvent être sévères telles qu'urticaire, angio-œdème et/ou bronchospasme, chocs anaphylactiques”.

Maxilase et Alfa-Amylase : il faut arrêter le traitement en cas de réactions allergiques

Il est demandé aux professionnels de la santé d’informer les patients de ces effets indésirables possibles, de vérifier auprès d’eux l’absence d’antécédents d’hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients.

Par ailleurs, il est important que les personnes qui ont prises ces produits arrêtent leur traitement et consultent rapidement un médecin "en cas de réaction d’hypersensibilité et notamment en cas d’apparition des signes suivants : éruption cutanée telle qu'urticaire et/ou difficultés à respirer et/ou gonflement du visage".

Les risques décrits ont été ajoutés sur la notice des produits en question.

Les médicaments concernés par la mise en garde 

Les produits ayant un “risque de réactions d’hypersensibilité” sont :

  • Maxilase Maux de gorge Alpha-Amylase 3000 U.CEIP, comprimé enrobé (laboratoire Sanofi-Aventis) ;
  • Maxilase Maux de gorge Alpha-Amylase 200 U.CEIP/ml, sirop (laboratoire Sanofi-Aventis) ;
  • Alfa-amylase Biogaran Conseil 3000 U.CEIP, comprimé enrobé (Laboratoires Biogaran) ;
  • Alfa-amylase Biogaran Conseil 200 U.CEIP/ml, sirop (Laboratoires Biogaran).

Médicament à base d’alfa-amylase : les précautions à prendre

En France, les médicaments à base d’alfa-amylase sont prescrits comme traitement d’appoint pour les états congestifs de l’oropharynx. Le sirop ou les comprimés ne doivent pas être pris plus de 5 jours. L’ANSM ajoute “En cas de persistance des symptômes au-delà de 5 jours les patients devront consulter leur médecin”.

Choc anaphylactique : que faire ?

Un choc anaphylactique est une réaction allergique imprévisible, brutale et sévère. Il s’agit d’une urgence médicale potentiellement mortelle qui demande une prise en charge rapide. Le seul traitement recommandé pour un choc anaphylactique est l'adrénaline. Il faut l’injecter au patient immédiatement – le plus souvent à l'aide d'un stylo auto-injecteur - puis appeler les services d'urgence.

Réactions anaphylactiques : les symptômes à surveiller 

Les signes d’alerte sont :

  • des éruptions cutanées (démangeaison, urticaire) ;
  • un gonflement du visage, des lèvres, de la langue ou de la luette…  ;
  • une atteinte respiratoire ;
  • des nausées ou vomissements ;
  • et/ou une perte de connaissance.

Le patient peut, par ailleurs, faire un Œdème de Quincke (gonflement rapide de la peau, des muqueuses et des tissus sous-muqueux). Le plus souvent, le choc anaphylactique se déclare dans les 5 à 20 minutes après l’ingestion de l'allergène.

Le décès est soit provoqué par la chute grave et brutale de la tension artérielle, soit par suffocation (provoquée par l'œdème).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Alpha-amylase et risque de réactions anaphylactiques, Lettre aux professionnels de la santé, ANSM, Octobre 2019