Allergies : comment prévenir ?

© Istock

Rhume des foins, dermatite atopique, asthme, choc anaphylactique… les allergies respiratoires, cutanées ou alimentaires sont en constante augmentation.

Mais les médicaments et la désensibilisation ont bien progressé. Comme dans les autres pays, le nombre d’allergiques, déjà élevé (1 personne sur 4 au moins), ne cesse d’augmenter en France depuis une quarantaine d’années. Plus de 4 millions de nos concitoyens sont asthmatiques et 5 à 7 millions des 18 à 45 ans souffrent de rhinite allergique, un chiffre d’autant plus inquiétant que la rhinite évolue en asthme dans plus de 30 % des cas.

PUB

Allergiques, attention à la pollution atmosphérique

La principale cause de cette explosion est sans conteste l’augmentation de la pollution de l’air, tant extérieure qu’intérieure.

Les activités industrielles, le chauffage et la circulation automobile jouent un grand rôle, de manière directe mais aussi indirecte.

Les particules fines issues des pots d’échappement, les fumées chargées en micropolluants des usines ou des raffineries de pétrole notamment favorisent en effet la sensibilisation aux grains de pollens et aux moisissures en se fixant sur elles, et aggravent les allergies existantes.

PUB
PUB

Allergies : nos intérieurs sont à haut risque

Dans les villes, les logements, aujourd’hui réduits, confinés et humides, permettent aux acariens et aux moisissures de se développer allègrement. Le nombre élevé d’animaux domestiques, chats et chiens surtout, et l’abondance de composés organiques volatils (COV) sont aussi pour beaucoup dans la hausse du nombre d’allergiques.

Le formaldéhyde, par exemple, pointé du doigt depuis des années par les allergologues, est libéré dans nos habitations par de très nombreux matériaux et produits : meubles en mélaminé, colles des meubles en aggloméré, certains parquets et revêtements de sol, peintures, vernis, papiers peints, rideaux, produits ménagers (détergents, désodorisants), shampooings, vernis à ongles… De plus, ces polluants chimiques potentialisent la sensibilisation aux acariens.

La consommation de nouveaux aliments exotiques, auxquels nos organismes occidentaux ne sont pas habitués, est également en cause.

Publié par Didier Galibert, journaliste santé le Lundi 24 Mars 2014 : 09h39
Mis à jour le Mardi 25 Mars 2014 : 15h42
Source : "La prévention des allergies", un article du magazine Bien-Etre & Santé n°309 de mars 2014