SIDA : pourquoi pas un autotest en vente libre comme aux USA ?

Publié le 03 Décembre 2012 | Mis à jour le 03 Décembre 2012
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
© Fotolia

Samedi 1er décembre, journée mondiale contre le Sida, je n'ai pas pu m’empêcher de comparer ce que nous proposons aux gens en France pour se protéger du sida, en comparaison de ce qui est proposé aux États-Unis.

En France, des campagnes pour l’usage des préservatifs et des centres de dépistages gratuits. Aux États-Unis, des campagnes mixtes sur l’usage des préservatifs et sur l’abstinence sexuelle, et un autotest en vente libre en plus des solutions de dépistage classiques.

Les Américains ont plus de solutions. Pourquoi pas nous ?

PUB

Un test de dépistage du sida en vente libre aux USA

Le mardi 3 juillet, l'Agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé pour la première fois la vente libre d’un autotest de dépistage du sida. Aujourd’hui il est possible d’en acheter partout aux USA, dans plusieurs chaînes de pharmacies et même chez Walmart et Walgreens pour 30 €.

Et ce test est très simple à faire, à partir d’un prélèvement de salive(OraQuick In-Home HIV)

PUB
PUB

Autrement dit, vous pouvez acheter vos tests et les faire tranquillement chez vous, seul ou à deux. Ce n’est pas plus compliqué qu’un test de grossesse…

Une approche américaine très pragmatique

Mais les Américains ne se distinguent pas que par cette seule différence. S’ils font comme nous la promotion des préservatifs pour se protéger lors d’un acte sexuel, ils diffusent aussi des campagnes sur l’abstinence sexuelle : il n’est en effet pas obligatoire de coucher dès le premier soir et l’on peut prendre le temps de se connaître, puis de faire tranquillement un test avant d’aller plus loin.

En France, le Ministère de la santé a annoncé pour ce 1er décembre que "La seule manière efficace de se protéger reste aujourd'hui l'utilisation du préservatif pendant un rapport sexuel. Nous allons donc relancer une grande campagne sur ce thème."

Autrement dit, les Américains ont une approche très pragmatique adaptée aux nombreux comportements possibles. Ils prennent acte que certains d’entre nous n’iront jamais se faire dépister dans des laboratoires d’analyse ou dans des centres de dépistage. Ils constatent que d’autres n’utiliseront jamais de préservatifs.

En France, nous faisons le même constat, mais nous avons des solutions plus restreintes : des tests rapides en camions itinérants pour ceux qui fuient le dépistage (uniquement en Ile-de-France et bientôt en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes et en Guyane) et des campagnes pour l’usage des préservatifs, notamment pour ceux qui fuient les préservatifs.

Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés