Sida, un nouveau médicament pour vaincre les résistances aux traitements

L'ombre des résistances aux traitements pèse de plus en plus lourd sur les malades du sida. Heureusement, une nouvelle génération de médicaments, avec à sa tête le T20, pourrait bien changer la donne. Après des résultats très encourageants lors des essais cliniques, sa production à grande échelle fait ses débuts dans le Colorado.
PUB

Si les bi et les trithérapies ont permis d'augmenter considérablement la longévité des malades du sida, le nombre de cas de résistance à ces traitements est lui aussi en nette augmentation. Ainsi, 40.000 personnes dans le monde attendent qu'un nouveau traitement leur redonne espoir. Les résultats communiqués au cours du congrès de cancérologie à Orlando, aux Etats-Unis en mai 2002, ont montré qu'une nouvelle génération de médicaments pourrait répondre à ces attentes.

La plupart des médicaments actuels empêchent la réplication du virus (copie à l'identique du patrimoine génétique du virus, préalable à sa reproduction) et sa multiplication (reproduction du virus en millier de copies qui vont pouvoir infecter à leur tour d'autres cellules saines de l'organisme). Le T20, chef de file de cette nouvelle génération de traitements, bloque directement l'entrée du virus dans la cellule. Il évite que de nouvelles cellules ne soient infectées et bloque ainsi la progression de la maladie.

PUB
PUB

Selon les premiers essais, le T20 paraît très efficace. Deux injections par jours durant quelques semaines suffisent à diminuer considérablement le nombre de virus dans le sang. Cependant, son utilisation tarde encore à être généralisée en dehors des essais cliniques. La raison essentielle est sa difficulté de fabrication. Sa formule chimique est en effet très compliquée et nécessite 106 étapes de fabrication quand dix suffisent aux médicaments les plus classiques. La fabrication à grande échelle devrait néanmoins démarrer prochainement (début juillet) dans l'usine du laboratoire Roche de Denver, dans le Colorado.

Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 03 Juin 2002 : 02h00
Source : Congrès de l'American Society of Clinical Oncology, 18 mai 2002. Orlando, Etats-Unis. Le quotidien du Médecin du 31 mai 2002.