" Si j'aurais su... "

« Si j'aurais su, j'aurais pas venu. » Si cette phrase de la guerre des boutons a connu autant de succès, c'est qu'il nous arrive souvent de regretter une de nos actions. Le problème, c'est que ce regret peut nous prendre beaucoup d'énergie et nous entraîner à regarder vers le passé au lieu de nous tourner vers l'avenir.
PUB

C'est pourquoi certains regrets sont très néfastes. Quand les choses sont faites, il ne sert strictement à rien de penser que vous auriez dû agir autrement. C'est fait, c'est fait, un point c'est tout !Il est pourtant bon d'analyser, de comprendre, afin de tirer des leçons de vos éventuelles erreurs. Si vous apprenez des choses sur vous : « je me laisse souvent convaincre trop facilement par un beau parleur » ; ou « je dis trop vite non au lieu de prendre le temps de réfléchir » ; « je me bloque quand je sens un peu d'autorité » ; etc.Dans ce cas, vous progressez et vous avez la chance de vous améliorer car vous gagnez en profondeur de compréhension, vous utilisez votre énergie à évoluer, à changer dans le bon sens.Si cette même énergie, vous l'utilisez à des ruminations stériles, vous regardez derrière vous au lieu d'être dans le présent ou dans le futur, au lieu de vous poser l'unique question importante : « que dois-je faire maintenant avec ce que je suis pour aller là où j'ai envie d'aller ? » Vous perdez donc du temps, du temps de votre précieuse vie à broyer du noir : « si j'aurais su »

PUB
PUB

Et ce réflexe est tout aussi nocif dans vos relations avec les autres. Quand vous dîtes à un ami « tu n'aurais pas dû tromper ta femme », ou « tu aurais dû changer de travail plus rapidement », ou « vous n'auriez jamais dû faire un troisième enfant » non seulement vous ne l'aidez pas du tout, mais vous lui mettez la tête sous l'eau comme si vous cherchiez à le noyer ! Il vous parle de ses soucis parce qu'il a confiance en vous, pas pour entendre « je te l'avais bien dit » ou « c'est vrai tu t'es trompé » Il préfèrerait mille fois que vous lui répondiez : « il y a certainement une ou plusieurs solutions à ta situation », même si vous ne savez pas laquelle ! Là au moins, vous l'aidez à regarder devant lui et à affronter l'avenir avec ce qu'il est !

Alors, au lieu de continuer avec « si j'aurais su », changez tout pour « avec ce que je sais et ce que je suis, qu'est-ce que je fais ? »

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 28 Avril 2004 : 02h00