Serons-nous bientôt immortels ?

Urologue, chirurgien, auteur, PDG d'une société de biotechnologie : Alexandre Laurent a beaucoup de cordes à son arc. S'il est célèbre, aujourd'hui, c'est pour ses écrits, et en particulier son livre intitulé « La mort de la mort ».

Quelques questions pour mieux comprendre...

PUB

Sur quoi vous basez-vous pour prévoir la mort de la mort ?

J'ai observé les tendances lourdes. Depuis 1750, l'espérance de vie moyenne est passée de 25 à 85 ans. A l'heure actuelle, nous gagnons chaque année trois mois d'espérance de vie. Les nouvelles biotechnologies – nanotechnologies, thérapie génique, sciences cognitives etc., vont encore faire accélérer cette tendance. Prenons pour exemple notre capacité à déchiffrer l'ADN d'un être humain : le prix de l'opération a été divisé par trois millions en dix ans. Nous sommes toujours plus efficaces et cette rapidité va nous permettre de remplir les trois buts de tout être humain : ne pas souffrir ; ne pas vieillir ; et mourir le plus tard possible.

PUB
PUB

La meilleure preuve, c'est que Google vient de se lancer dans la lutte contre le vieillissement : une entreprise nommée Calico a été créée, le but est d'augmenter l'espérance de vie.

Mais les technologies dont vous parlez sont connues depuis longtemps... et pourtant nous sommes toujours vulnérables. Comment peut-on l'expliquer ?

A l'heure actuelle, les causes de mortalité ne sont pas vraiment des maladies au sens traditionnel du terme, mais des dégénérescences qui sont déjà les abords de la mort : cancer, maladie d'Alzheimer sont dans ce cas.

Ce sont des processus très compliqués que nous ne parvenons pas très bien à maîtriser. Mais les progrès sont tout de même là. Le cancer et les maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson...) seront bientôt des maladies chroniques qui n'auront pas un impact important sur l'espérance de vie, un peu comme le SIDA aujourd'hui.

Publié le 16 Décembre 2013
Auteurs : Marion Garteiser, journaliste santé
Source : Dr Laurent Alexandre, "La mort de la mort", éd. Lattès