La sédentarité coûte 67 milliards de dollars par an

© Istock

La sédentarité ne cesse de croitre dans le monde. Or le manque d’activité physique est associé à une détérioration de notre état de santé. Des chercheurs viennent d’évaluer les conséquences en termes de coût et celui-ci est exorbitant !

Publicité

La sédentarité : actuelle pandémie

Selon une étude publiée dans la très célèbre revue britannique « The Lancet », le coût de la sédentarité s’élève à 67,5 milliards de dollars chaque année dans le monde. Cette estimation tient compte des dépenses de santé liées à l’inactivité (53,8 milliards) et des pertes économiques pour la société (la baisse de productivité est estimée à 13,7 milliards de dollars). Mais il s’agit certainement d’une sous estimation importante car si au cours de cette étude142 pays représentant 93% de la population mondiale ont été inclus, seules 5 grandes maladies ont été considérées : diabète, cancer du sein, cancer du côlon, maladies coronariennes et accident vasculaire cérébral. Le diabète de type 2 est la pathologie la plus couteuse (37,6 milliards de dollars) et les inégalités sont criantes selon le niveau de revenu des pays. Les plus riches ont à supporter un coût économique plus élevé, tandis que ceux à revenu faible ou moyen ont un coût plus important à assumer en termes de santé, avec notamment un taux élevé de morts prématurées, sachant que dans le monde, la sédentarité est associée à plus de cinq millions de décès annuels.

Publicité
Publicité

Quelles mesures pour favoriser l’activité physique ?

A ce jour encore, les conséquences délétères de l’inactivité ne sont pas suffisamment considérées, expliquant les faibles moyens mis en œuvre pour contrer cette pandémie de sédentarité.

Il est recommandé aux Français de pratiquer un minimum de 2h30 d’activité physique par semaine ou l’équivalent de 10.000 pas chaque jour. Or 78% d’entre nous n’atteignent pas cette limite inférieure. Il est impératif de revoir notre organisation et nos emplois du temps pour augmenter la part des activités physiques, à tout âge et en fonction de l’état de santé de chacun.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 23 Août 2016 : 14h56
Mis à jour le Mardi 23 Août 2016 : 15h00
Source : Ding et al., The economic burden of physical inactivity: a global analysis of major non-communicable diseases, The Lancet, 27 luillet 2016, DOI: http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(16)30383-X.
PUB
PUB