Sclérose en plaques : un manque de vitamine D ?

Selon une étude menée au sein de l'armée américaine, le risque de sclérose en plaques augmente lorsque le taux de vitamine D diminue. En conséquence, une supplémentation en vitamine D pourrait être souhaitable chez les sujets les plus à risque de carence, comme ceux qui vivent dans les pays peu ensoleillés.
Publicité

Soleil, vitamine D et sclérose en plaques

Cette nouvelle étude confirme la relation entre vitamine D et sclérose en plaques et concorde parfaitement avec le fait que plus on s'éloigne au-dessus de l'équateur, plus le nombre de personnes atteintes de sclérose en plaques augmente.

Il s'agit d'une analyse à très grande échelle, menée au sein de l'armée américaine. Parmi cette population, 257 personnes ont développé une sclérose en plaques entre 1992 et 2004. Disposant des résultats de prélèvements sanguins réguliers concernant ces sujets, leur taux de vitamine D a pu être calculé et comparé à ceux de personnes non atteintes de sclérose en plaques. Après répartition en différents groupes selon les teneurs sanguines en vitamine D, on constate que les hommes ayant les taux les plus élevés ont 62% de risque en moins de développer une sclérose en plaques par rapport à ceux qui ont les taux les plus bas.

Publicité
Publicité

Les bénéfices d'une supplémentation en vitamine D

Ils suggèrent alors qu'une supplémentation en vitamine D serait intéressante à proposer aux personnes qui vivent dans les régions peu ensoleillées.

En effet, une bonne part de la vitamine D est fabriquée par notre organisme lui-même, sous l'action des ultraviolets. Et heureusement, car les aliments en contiennent généralement peu. Les plus riches sont l'huile de foie de morue, les poissons gras (sardine, thon) et le jaune d'oeuf.

Mais la vitamine D n'est pas seulement intéressante au regard de la sclérose en plaques. En effet, elle est indispensable à la fixation du calcium sur les os.

Globalement, elle gouverne tout le processus de l'ossification pendant et après la croissance. Mais elle favorise également la reproduction, intervient dans le système immunitaire, exerce une action sur la peau et une activité anticancéreuse.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 15 Janvier 2007 : 01h00
Source : JAMA, 20 décembre 2006