Rougeole : plusieurs régions sont touchées par son retour

© Creative Commons

Au moins trois régions font face au retour de la rougeole, du sud-ouest au nord de la France. En Nouvelle-Aquitaine, près de 200 cas ont été signalés aux autorités de santé.

PUB

La rougeole fait tache d'huile en France. Plusieurs cas ont été signalés dans le Limousin, l'Aveyron mais aussi aux alentours de Lille (Nord). La progression est d'autant plus inquiétante qu'une flambée de cette maladie virale s'observe dans l'agglomération de Bordeaux (Gironde).

Depuis le mois de novembre, plus de 200 cas ont été signalés aux autorités sanitaires. Dans un post Facebook, l'Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine dresse un bilan alarmant. Quatre patients ont été admis en réanimation, et un cas sur quatre nécessite une hospitalisation.

Et les alentours de Bordeaux sont loin d'être isolés, même s'ils constituent le point de départ de cette résurgence de la rougeole. Le virus à l'origine de cette maladie a aussi été détecté à Poitiers (Vienne), fin janvier.

PUB
PUB

4 cas signalés à Lille

Malgré la campagne lancée par l'ARS, invitant la population à se protéger par la vaccination, l'épidémie poursuit son expansion. Au moins deux cas ont été signalés au CHU de Limoges (Haute-Vienne) au début du mois de février.

La région voisine, l'Occitanie, doit elle aussi faire face au virus puisqu'un foyer a été repéré à Rodez (Aveyron). Or, selon nos confrères de La Dépêche du Midi, la couverture vaccinale des enfants est loin d'être satisfaisante dans ce département. Seulement deux tiers des nourrissons de 2 ans sont immunisés – alors que l'objectif est fixé à 95 %.

Et l'épidémie est loin de se limiter à un mouchoir de poche : quatre personnes ont présenté les symptômes de la rougeole sur le campus de l'université de Lille (Nord), situé à Villeneuve-d'Ascq. D'après La Voix du Nord, la propagation est "sous contrôle" et les personnes à risque ont été identifiées.

Pour rappel, un rattrapage de la vaccination est possible à tout âge. Il est même vivement recommandé après une exposition au virus de la rougeole : injecté dans les 72 heures suivant le contact, il limite fortement le risque d'en développer les symptômes.

Les complications sont nombreuses

Si l'affaire est prise au sérieux, c'est parce que la rougeole est loin d'être une maladie anodine. "Un cas de rougeole dans une population pas vaccinée peut contaminer jusqu’à vingt personnes, alors que par exemple, la grippe, c’est trois cas autour de soi", chiffre le Pr Daniel Camus, infectiologue de la région, interrogé par La Voix du Nord.

L'infection provoque aussi de nombreuses complications qui peuvent s'avérer graves, particulièrement chez l'adulte. Elles touchent le plus souvent les poumons et le cerveau – se traduisant par une pneumonie ou une encéphalite, par exemple.

Les autorités sanitaires ont aussi administré une "piqûre de rappel" aux professionnels de santé sur les symptômes de la rougeole. Ceux-ci commencent par une rhino-pharyngite (nez qui coule, fièvre, toux, conjonctivite) suivie de l'apparition – après quelques jours – d'une éruption cutanée commençant par le visage avant de s'étendre au reste du corps.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Vendredi 09 Février 2018 : 11h20
Source : Gironde : le virus de la rougeole continue de se propager, France Bleu, 8 février 2018
Premiers cas de rougeole en Limousin, Le Populaire du Centre, 9 février 2018
Plusieurs cas de rougeole à Rodez, en Aveyron, La Dépêche du Midi, 8 février 2018
Des cas de rougeole à l'Université de Lille, La Voix du Nord, 7 février 2018
Post Facebook de l'ARS Nouvelle-Aquitaine, 6 février 2018
PUB
PUB
PUB

Contenus sponsorisés