La rotule : un véritable puzzle

Les fractures de la rotule n'ont rien d'exceptionnel dans le sport. Surtout dans le cyclisme. Une kyrielle de champions en ont fait l'amère expérience : le Belge Johan Museeuw, l'Italien Michele Bartoli ou encore le Français Philippe Gaumont.
PUB

Précieuse et fragile

La fracture de la rotule survient généralement à la suite d'un traumatisme direct sur un genou fléchi. Il faut savoir que la rotule, située à l'avant du genou, constitue un relais important dans la transmission des forces d'un des groupes musculaires les plus puissants de l'organisme : le quadriceps. Celui-ci joue un rôle absolument essentiel dans tous les mouvements d'extension de l'articulation du genou. C'est dire si une rotule défaillante entraîne un handicap rédhibitoire dans tous les sports où il faut courir, pédaler, shooter, ramer (aviron), sauter, etc.

PUB
PUB

Radiographie obligatoire

En cas de lésion, seule une radiographie permettra de déterminer l'étendue des dégâts et surtout d'écarter d'autres pathologies aux symptômes similaires : rupture tendineuse ou arrachement de la tubérosité antérieure du tibia. Dans le cas d'une fracture simple, sans jeu entre les fragments, on peut se contenter d'un traitement orthopédique par la pose d'une genouillère plâtrée pendant une période de 6 à 8 semaines, au cours de laquelle le patient obtient assez vite le droit de se déplacer sur ses deux pieds. De nouvelles radios permettent ensuite de vérifier que l'os est parfaitement ressoudé et le sportif pourra reprendre l'entraînement en toute sérénité.

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Lundi 02 Janvier 2006 : 01h00