La rhinite allergique favorise l'asthme

Une personne asthmatique souffre souvent de rhinite allergique, laquelle constitue un facteur aggravant de l'asthme. Mais inversement, le patient atteint de rhinite allergique développe plus souvent un asthme. Ainsi, en cas de rhinite allergique, il est recommandé de bien traiter cette affection et de rechercher un asthme.
PUB

L'asthme est une maladie inflammatoire des voies respiratoires, dont l'expression dépend de facteurs intrinsèques (atopie, prédisposition familiale, hyperréactivité bronchique) et environnementaux (pollens, acariens, poils d'animaux, pollution, tabac, infections respiratoires). Plus de 300 millions de personnes dans le monde sont concernées, dont 30 millions en Europe, et cette affection poursuit une forte progression. La rhinite, se caractérisant par une inflammation des voies aériennes, est une maladie extrêmement répandue qui affecte 25% de la population mondiale et 10 à 15% des Européens. Les symptômes sont bien connus : obstruction nasale, nez qui coule, éternuements et parfois larmoiements. Mais il faut savoir que ces maladies sont très souvent liées. Ainsi, plus de 80% des asthmatiques souffrent également de rhinite allergique. De plus, chez les personnes asthmatiques, une rhinite non soignée favorise les exacerbations de l'asthme. Et inversement, les patients atteints de rhinite ont trois plus de risque de développer un asthme, comparés aux sujets indemnes de telles affections.En conclusion, afin de prévenir l'apparition d'un asthme chez les personnes atteintes de rhinite allergique, il est nécessaire de traiter sérieusement cette dernière affection et de rechercher la présence d'un asthme. Inversement, il est judicieux de rechercher une rhinite allergique chez les patients asthmatiques et le cas échéant de traiter en même temps ces deux maladies.

Publié le 03 Novembre 2005
Auteurs : Dr Philippe Presles
Source : Recommandations de l'ARIA (Allergic rhinitis and its impact on athma, octobre 2005).