Une retraite tardive protège de la maladie d’Alzheimer

© Istock

Plus on retarde l’âge de la retraite et plus le risque de développer une maladie d’Alzheimer diminue. Alors que l’âge de la retraite est en net recul, cette nouvelle peut être perçue comme une consolation... On retiendra que pour sa santé, il est primordial de stimuler ses fonctions cognitives et d’entretenir des activités sociales.

PUB

Retraite : chaque report d’un an diminue le risque d’Alzheimer de 3%

Cette étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a porté sur l’analyse des dossiers de santé et d’assurance de 429.000 travailleurs indépendants retraités en moyenne depuis 12 ans en 2010. On constate ainsi que chaque report d’un an de la retraite se traduit par une diminution du risque d’Alzheimer de 3%. Les personnes qui ont repoussé leur départ à la retraite de 60 à 65 ans voient leur risque de développer une maladie d’Alzheimer réduit de 15%. Et cette réduction du risque se poursuit pour chaque année de travail supplémentaire.

PUB
PUB

Stimuler les fonctions intellectuelles

En conclusion, l’âge de la retraite et le risque de maladie d’Alzheimer sont fortement corrélés. Selon les auteurs de cette étude, l'activité professionnelle représenterait un facteur important de stimulation intellectuelle protégeant contre la démence. En pratique, et pour répondre au vieillissement actuel de la population, il est primordial d’encourager et de maintenir des niveaux élevés de stimulation cognitive et sociale tout au long de la vie professionnelle, mais aussi après la retraite.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 17 Juillet 2013 : 12h55
Mis à jour le Mercredi 17 Juillet 2013 : 14h51
Source : Dufouil C. et la., Alzheimer’s Association International Conference (AAIC), July 13-18: 617.954.3414, https://www.alz.org/aaic/_releases_2013/mon_830am_cancer_chemo.asp.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés