Quoi de neuf dans le traitement des fibromes utérins ?

© Istock

Le traitement non chirurgical des fibromes utérins, opérationnel à Tours depuis juillet 2007, continue à faire preuve de son efficacité. Il s’agit de la thermocoagulationparultrasons, technique dénommée ExAblate® qui associe l’imagerie IRM et les ultrasons focalisés afin de détruire, depuis l’extérieur, les cellules du fibrome. Explications.

PUB

Petit rappel sur les fibromes utérins

Les fibromesutérins sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses), mais fréquentes, qui touchent 20 à 40% des femmes entre 30 et 50 ans. Souvent asymptomatiques, certains fibromes utérins peuvent cependant faire souffrir : douleurs abdominales, saignements abondants en dehors des règles, troubles des règles, troubles urinaires (incontinence ou envies fréquentes d’uriner), troubles digestifs (constipation), etc.

PUB
PUB

Les causes restent mal connues, mais des facteurs de risque ont été identifiés (ethnique, antécédents familiaux, puberté précoce, absence de grossesse…).

Côté traitement, on recourt classiquement à des traitements médicaux (hormonaux notamment), à l’embolisation (destruction des artères qui irriguent le fibrome par injection de microbilles) et à la chirurgie (ablation du fibrome ou ablation de l’utérus en cas de fibrome de grande taille).

ExAblate® 2000 : une révolution dans le traitement de certains fibromes utérins

Il existe une alternative non chirurgicale reposant sur les ultrasons focalisés guidés par IRM (l’imagerie par résonance magnétique), ou thermo-coagulation par ultrasons (ExAblate® 2000).

Les avantages sont conséquents : pas d’acte chirurgical, pas de cicatrice, pas d’anesthésie, utérus conservé, séjour hospitalier d’environ 24 heures seulement, récupération rapide avec reprise des activités dans les 1 ou 2 jours.

Publié le 24 Juin 2011 | Mis à jour le 04 Mars 2015
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Le Quotidien du Médecin 16/02/2009, www.lequotidiendumedecin.fr ; Marret H.
Voir + de sources
, et al., Médecine de la reproduction, gynécologie et endocrinologie. Volume 11, Numéro 2, 158-63, mars-avril 2009.