Descente d'organes : quels sont les signes d'alerte ?
Sommaire

Quelles sont les femmes qui risquent le plus un prolapsus ou descente d’organes ?

Quelles sont les femmes qui risquent le plus un prolapsus ou descente d’organes ?© Adobe Stock

Connaissant les femmes à risque, on peut prévenir chez ces dernières le prolapsus grâce à des séances de rééducation des muscles périnéaux par exemple ou à d’autres stratégies.

Il s’agit des femmes qui ont accouché plusieurs fois d’enfants de poids supérieur à 3800g avec des efforts de poussées longs et difficiles, des grandes sportives, des femmes amenées à porter de lourdes charges (agricultrices, aides-soignantes, pompiers…) ou à exercer une profession imposant une station debout prolongée (vendeuses…). L’obésité et certains troubles digestifs (nécessitant des efforts de poussées) contribuent également à augmenter le risque de développer un prolapsus.

La ménopause constitue un facteur de risque de prolapsus en raison de la perte de tonus des tissus liée à la carence œstrogénique. Le traitement hormonal de la ménopause peut être utile.

Prolapsus : combien de femmes sont concernées ?

Entre les femmes qui n’ont pas conscience de leur trouble et celles qui n’osent pas parler de leurs difficultés à leur médecin, il est difficile de connaître la prévalence exacte du prolapsus génital. Toutefois selon la Sécurité sociale, le risque pour les femmes d’être opérées pour ce type de problème au cours de leur vie serait de 11% à 19%. Par ailleurs, la fréquence de l’affection augmente avec l’âge, et touche majoritairement des femmes ménopausées.

Probiotiques : Les meilleurs PROBIOTIQUES du marché !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci au docteur Odile Bagot, auteure de gynécologue et auteure de Ménopause, pas de panique ! et Vagin & co aux éditions Mango.
Doshani A. et al., Uterine prolapse, BMJ, 335 : 819-23, 2007.