Quels médicaments contre l'incontinence urinaire ?

Publié par Dr Mickael Dahan, urologue à Tenon le Lundi 31 Mars 2008 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 15 Février 2013 : 14h20

Seules l'incontinence urinaire par impériosité (fuite involontaire d'urine accompagnée ou précédée d'un besoin urgent et irrépressible d'uriner) et mixte (incontinence urinaire par impériosité et incontinence urinaire d'effort) bénéficient de médicaments efficaces. Il n'existe à ce jour aucun médicament en France pour traiter l'incontinence urinaire d'effort (survenant à l'occasion d'un effort physique, d'une toux ou d'un éternuement).

© Istock
PUB

La vessie, comment ça fonctionne ?

Il est nécessaire de connaître le fonctionnement de la vessie afin de comprendre le mode d'action des médicaments contre l'incontinence urinaire.

La contraction de la vessie est sous la dépendance de récepteurs, contenus dans le muscle de la paroi vésicale. La contraction du muscle vésical (et donc la miction) se produit lorsqu'une molécule dénommée acétylcholine, libérée par des neurones, se fixe au niveau de ces récepteurs.

Chez une personne ne souffrant pas d'incontinence urinaire, la molécule acétylcholine, est libérée de façon consciente lorsque l'envie d'uriner se fait ressentir, ce qui entraîne une contraction normale de lavessie et la miction.

En revanche, chez une personne souffrant d'incontinence urinaire par impériosité, la molécule acétylcholine est libérée par le cerveau sans contrôle conscient et volontaire de la personne ce qui entraîne des fuites urinaires non contrôlées.

PUB
PUB

Les anticholinergiques : les médicaments les plus prescrits contre l'incontinence urinaire

Les anticholinergiques sont la classe médicamenteuse la plus utilisée dans le traitement de l'incontinence urinaire.

Le rôle des anticholinergiques est de bloquer les récepteurs de la vessie et donc de diminuer la possibilité de la vessie de se contracter.

Les anticholinergiques se fixent au niveau des récepteurs de la vessie et empêchent ainsi la molécule acétylcholine de provoquer des contractions fréquentes de lavessie.

La vessie se contractant moins, la fréquence et le volume des fuites urinaires diminueront mécaniquement.

Les effets secondaires les plus courants sont la constipation, la sécheresse de la bouche, les troubles de l'accommodation oculaire, les troubles gastro-intestinaux.

Certaines molécules peuvent également être responsables de troubles de la conscience. Il est à noter que la fréquence de survenue des effets secondaires n'est pas la même pour tous les anticholinergiques, en particulier en ce qui concerne la sécheresse buccale et les troubles de la conscience.

Demandez conseil à votre médecin. De nombreux anticholinergiques sont remboursés à hauteur de 35% par la sécurité sociale.

Publié par Dr Mickael Dahan, urologue à Tenon le Lundi 31 Mars 2008 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 15 Février 2013 : 14h20
Source : Source : www.sphere-sante.com
PUB
PUB
A lire aussi
Incontinence urinairePublié le 31/05/2001 - 00h00

L'incontinence urinaire se décrit comme la difficulté constante à maîtriser la rétention de sa vessie, que l'on perde un peu ou beaucoup d'urine.Il y a trois types d'incontinence ; quelques-uns sont communs aux hommes et aux femmes, d'autres sont spécifiques à chaque sexe. Ce sont parfois des...

Petites fuites secrètes, ça se soigne très bien !Publié le 05/05/2008 - 00h00

L'incontinence urinaire est une perte d'urine involontaire, suffisante pour provoquer un problème hygiénique ou social.Lorsqu'on est concerné, les mots sont souvent difficiles à trouver pour parler d'un embarras qui retentit souvent jusque sur l'estime de soi. C'est bien dommage, car...

Plus d'articles