Quelles sont les personnes à risque d'hépatite B ou C ?

Le saviez-vous : 300.000 Français sont atteints d'hépatite B chronique et 400.000 à 500.000 sont atteints d'hépatite C. Un grand nombre d'entre eux ne se sait pas infecté. Or ces deux virus sont extrêmement contagieux. Les efforts de dépistage doivent se poursuivre en direction des personnes à risque.
PUB

Les personnes porteuses du virus de l'hépatite B ou C et qui ne le savent pas risquent de contaminer à leur insu leur entourage : parents, enfants et partenaires. C'est pourquoi, au moindre doute, il est conseillé de réaliser un test de dépistage. Celui-ci nécessite une simple prise de sang. En plus des facteurs de risque, il faut savoir que la principale manifestation possible d'une hépatite B ou C est un état de fatigue prolongé et inexpliqué.

Facteurs de risque d'hépatite B

  • Sujets vivant en institution.
  • Personnels de santé.
  • Tatouage, piercing, acupuncture, mésothérapie.
  • Risque sexuel : rapports non protégés, infections sexuellement transmissibles, partenaires multiples.
  • Enfants nés de mère porteuse du virus.
  • Membres de l'entourage d'un porteur du virus.
  • Patients ayant subi des actes médicaux invasifs avant 1997.
  • Personnes hémodialysés.
  • Sujets infectés par le virus de l'hépatite C ou du sida.
  • Antécédents de toxicomanie par voie intraveineuse ou nasale.
  • Sujets incarcérés ou l'ayant été.
  • Sujets originaires de pays de forte endémie ou voyageurs dans ces pays.

Facteurs de risque d'hépatite C

  • Transfusion sanguine, surtout avant 1992.
  • Intervention chirurgicale lourde.
  • Tatouage, piercing, acupuncture, mésothérapie.
  • Patients ayant subi des actes médicaux invasifs avant 1997.
  • Enfants nés de mère porteuse du virus.
  • Membres de l'entourage d'un porteur du virus.
  • Partenaires sexuels d'un porteur chronique du virus de l'hépatite C (surtout en cas de lésions génitales ou de co-infection par le virus du sida).
  • Sujets infectés par le virus de l'hépatite B ou du sida.
  • Antécédents de toxicomanie par voie intraveineuse ou nasale.
  • Sujets incarcérés ou l'ayant été.
  • Sujets originaires de pays de forte endémie ou voyageurs dans ces pays (Asie, Afrique, Amérique du sud).
Publié le 19 Juin 2006
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Recommandations de l'Anaes, 2002.