Quand une promotion déstabilise...

Vous l'avez, cette promotion ! Votre ego est à la fête. Vous anticipez avec plaisir votre futur salaire et vos nouvelles attributions. Pourtant, les premiers jours sont difficiles. Vous êtes tendu(e). On vous observe. Quelles peuvent être les raisons de ce désarroi ?
Publicité

Cadeau empoisonné ou mauvais timing ?

En théorie, une promotion doit arriver quand on est prêt à accéder à de nouvelles responsabilités, réputées d'exercice plus difficile. Sinon, elle sent le cadeau empoisonné, destiné au pire à vous décrédibiliser. Heureusement, ce scénario est rare ! Le plus souvent, une promotion prématurée n'est « que » le résultat d'une erreur de management. Votre supérieur et/ou les DRH (Direction des Ressources Humaines) ont surévalué vos capacités, peut-être dans l'urgence de pourvoir un poste délicat. Cette promotion casse-pipe ne doit pas vous saboter le moral. Elle ne vous remet pas entièrement en cause. Un excellent ingénieur peut se révéler un piètre directeur technique. Normal : les compétences requises dans les deux cas sont différentes. Vous pouvez alors, sans vous « griller », demander à retrouver vos anciennes fonctions. Mais si votre motivation est intacte, identifiez vos faiblesses et demandez des formations complémentaires. L'idéal étant de faire cette démarche avant d'accepter de nouvelles responsabilités.

Publicité
Publicité

Le stress de la promotion, une réaction normale

Même préparées, les personnes promues ressentent un « stress de la promotion », bien connu des psychologues du travail. « Le stress peut être induit par un évènement heureux, explique Patrick Legeron, psychiatre et auteur du « Stress au travail ». C'est une réaction d'adaptation à une situation nouvelle. Cela devient un « challenge » lorsque la personne se dit qu'elle va y arriver. Mais si son attitude mentale est négative, c'est du stress. » Il est alors possible de suivre quelques séances de coaching pour apprendre à adopter des attitudes positives. Quand la promotion concerne une femme, la situation se complique. « Françoise Giroud a dit que l'égalité hommes/femmes existerait le jour où des femmes incompétentes seraient promues à des postes importants », rappelle Patrick Legeron. « La promotion des femmes est entourée de suspicion. Les femmes ont toujours le sentiment qu'elles doivent faire leurs preuves et être parfaites ! Elles se posent forcément la question de leur légitimité. Les hommes, moins. »

 
Publié par Psychonet Production le Lundi 07 Octobre 2002 : 02h00