Quand l'hépatite se dépiste

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 27 Novembre 2000 : 01h00
Le 19 octobre dernier, les biologistes libéraux ont organisé pour la première fois une journée de dépistage gratuit et sans ordonnance de l'hépatite C. Cette campagne a permis de détecter 256 nouveaux cas. En accord avec la prévalence nationale (600.000 personnes infectées dont 200.000 qui l'ignorent) ce résultat souligne l'utilité de cette opération en matière de santé publique, la nécessité de la renouveler chaque année et l'intérêt de l'étendre à d'autres pathologies.
PUB

Pourquoi dépister le virus de l'hépatite C ?

PUB
PUB

L'hépatite C est une maladie fréquente. On estime que 3% de la population mondiale a une infection chronique par le virus de l'hépatite C. En France, 600.000 personnes sont touchées, mais une personne sur trois ignorerait être infectée. Rappelons que ce virus est responsable d'hépatite chronique, de cirrhoses et de cancers du foie.

Organisée par les biologistes libéraux, 4.200 laboratoires d'analyse médicale ont participé à cette journée (ils ont pris à leur charge les coûts du test). Cette campagne a permis de dépister 256 nouveaux cas, soit 1,13% des 22.670 personnes qui se sont présentées volontairement.La perception du risque de contracter l'hépatite C en fonction des comportements (usage de drogue, persing, tatouage) ou de problèmes médicaux (transfusion, coloscopie ou fibroscope) a également été analysée à travers un questionnaire anonyme. Parmi les usagers de drogue ils sont 38% à estimer avoir plus de risque contre 14% des non usagers. Environ 20% des personnes transfusées se considèrent à risque. Globalement cette perception est assez faible.

Au vu de l'importance de ces résultats, cette opération de dépistage est d'une utilité évidente en matière de santé publique. Elle devrait être non seulement renouvelée chaque année, mais également être étendue à d'autres pathologies, comme par exemple au diabète. Par ailleurs, elle pourrait être réalisée en milieu carcéral, où l'on estime que 60 à 90% des détenus seraient contaminés.Soulignons, qu'en dehors de cette campagne de dépistage, le coût du test est de 121,80 francs remboursés à 100% par l'assurance maladie. Etant donné le nombre important de cas qui ne sont pas encore diagnostiqués, face à un risque même minime, il est important de faire ce test au plus tôt, la prise en charge en sera facilitée.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 27 Novembre 2000 : 01h00
Source : Le Quotidien du Médecin, N°6803, 17 novembre 2000. L'hépatite C en prison en France en 2000. Réseau Hépatites N°16, septembre 2000.
PUB
PUB
A lire aussi
Hépatite : dépister pour traiter !Publié le 22/01/2007 - 00h00

Qu'il s'agisse de guérir ou de stopper la maladie, la prise en charge des hépatites B et C s'est considérablement améliorée. Reste donc le problème du dépistage, lequel est loin d'être suffisant, ce qui entraîne une rapide transmission des virus des hépatites et des retards de traitement.

Test rapide de dépistage de l’hépatite B : mode d’emploiPublié le 26/07/2016 - 17h07

On estime que plus de la moitié des personnes atteintes de l’hépatite B ignorent être infectées. Une mise à disposition plus large du test rapide d’orientation diagnostic (TROD) pourrait contribuer à améliorer le dépistage. Ce test a malgré tout ses limites. Explications.

Plan national anti-hépatites B et CPublié le 04/03/2002 - 00h00

Chaque année, les hépatites, et notamment l'hépatite C, font des milliers de victimes. Bernard Kouchner a annoncé la mise en oeuvre d'un plan visant à réduire les risques de transmission des virus des hépatites B et C. Il comprend plusieurs mesures préventives telles que la sécurisation des...

Plus d'articles