Prothèses dentaires : un luxe ?

Les prothèses dentaires, à condition qu'elles figurent sur la liste des prestations remboursables, sont prises en charge par l'Assurance Maladie à hauteur de 70% sur la base de tarifs fixes (1), très souvent inférieurs à leur coût réel. En effet, contrairement aux consultations et aux soins dentaires, le tarif des prothèses dentaires est libre.
PUB

Le secteur dentaire fait partie des moins bien pris en charge par la sécurité sociale. Les chirurgiens-dentistes appliquent souvent à leur convenance la liberté des prix, tandis que les niveaux de garantie varient considérablement d'une mutuelle à une autre. Malgré tout, un arrêté a fixé les plafonds à ne pas dépasser pour prendre en charge, sans avance de frais, les bénéficiaires de la CMU complémentaire.En France, les prothèses représentent un tiers de l'activité des chirurgiens-dentistes, mais deux tiers de leurs revenus. En effet, seuls les soins conservateurs sont encadrés (caries, détartrages...), alors que les prothèses restent libres.

PUB
PUB

A savoir

  • Le chirurgien dentiste a pour obligation de remettre à son patient un devis. S'il ne le fait pas spontanément, demandez-le lui. Ce devis doit être détaillé et vous être expliqué.
  • Après renseignements auprès de votre caisse d'assurance maladie et de votre mutuelle, vous connaîtrez la somme exacte qui restera à votre charge.
  • La facture globale remise au patient ne distingue pas le travail du dentiste (prise en charge, prise d'empreinte, adaptation), du coût de fabrication de la prothèse (et oui, ce n'est pas le dentiste lui-même qui fabrique la prothèse, mais un prothésiste). Un jour, le patient aura peut-être deux factures séparées à payer (encore faudrait-il qu'il connaisse les prix des prothèses pratiqués dans sa région, pour pouvoir comparer !).
  • Pour le choix d'un chirurgien-dentiste, le bouche à oreille marche bien, car il est difficile de donner des critères objectifs.
  • Préférez un dentiste qui répond clairement à vos questions et vous explique les différentes possibilités de traitements.
  • A moins que ce soit justifié par l'urgence et qu'il vous explique pourquoi, le chirurgien ne doit pas commencer par les prothèses, en négligeant les soins conservateurs (obturations, détartrages).
  • Si vous devez choisir une mutuelle, comparez les contrats, car les prises en charge sont très variables.

Misez sur la prévention

A titre d'exemple, en Scandinavie, à la suite d'importants programmes de prévention, le nombre de dentistes a diminué, faute de travail. Et n'oublions pas qu'une dentition mal soignée n'est pas un problème isolé, mais retentit sur la santé physique et mentale.(1) A titre d'exemple, la base de remboursement de l'Assurance maladie pour d'une couronne est de 107,50 euros, celle d'un Inlay-core de 122,55 euros, d'un appareil dentaire (1 à 3 dents) de 64,50 euros, d'un appareil dentaire complet (14 dents) de 182,50 et d'un bridge à 3 éléments de 279,50 euros.

Publié le 24 Septembre 2007
Auteur(s) : Dr Philippe Presles