Prothèse mammaire PIP : sous haute surveillance

Les femmes porteuses d’un implant mammaire en gel de silicone fabriqué par la société Poly Implant Prothèse (PIP) sont invitées à réaliser un examen clinique ou une échographie afin de vérifier la qualité de celui-ci.

Publicité

Si l’implant se révèle défectueux ou en cas de suspicion de rupture, celui-ci sera retiré et remplacé. Les frais médicaux et chirurgicaux seront totalement pris en charge a précisé Roselyne Bachelot, Ministre de la Santé. Dans les autres cas, l’examen clinique et l’échographie seront à répéter tous les six mois au lieu de tous les ans comme initialement recommandé.

Publicité
Publicité

De nouvelles analyses ont confirmé la mauvaise qualité du gel utilisé par PIP. Résultat, les fuites sont possibles et sont susceptibles d’entrainer des réactions inflammatoires. Après avoir suspendu la mise sur le marché et l'utilisation des implants PIP en mars 2010, l’Afssaps souhaite aujourd’hui renforcer la surveillance des 3000 femmes porteuses de tels implants.

Concernant un potentiel risque génotoxique, des tests sont en cours avec des conclusions prévues début 2011.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 05 Octobre 2010 : 11h54
Mis à jour le Mardi 05 Octobre 2010 : 11h55
Source : Communiqué de l'Afssaps, septembre 2010.
PUB
PUB