Prise de poids à l’arrêt du tabac : l’explication neuronale

On dit que le fumeur est en sous poids car le tabac diminue l’ appétit. A l’arrêt du tabac, il reprend le poids qu’il aurait eu s’il n’avait jamais fumé, voire plus car l’appétit revient avec l’abstinence. Certes, mais ces explications ne nous indiquent pas comment le tabac s’y prend pour contrôler notre appétit…

L’effet coupe-faim de la nicotine

Des chercheurs viennent de nous apporter la réponse. La nicotine agit sur les neurones hypothalamiques à proopiomélanocortine (POMC). C’est en activant directement ces neurones dans le cerveau que la nicotine entraîne une diminution de l'appétit et augmente la dépense énergétique. Attention, les récepteurs situés sur les neurones POMC qui sont ici impliqués, sont différents de ceux connus pour déclencher le besoin impérieux de nicotine chez le fumeur.

Lumière sur l’effet anorexigène du tabac

Chez des souris, les neurones POMC ont été expérimentalement activés, ce qui a eu pour effet d’augmenter leur appétit et leur poids. Inversement, des antagonistes (qui bloquent l’activité des récepteurs situés sur les neurones POMC) ont diminué l’appétit et la prise de poids.

Cette découverte est doublement intéressante car de tels antagonistes pourraient être utilisés lors du sevrage des fumeurs pour leur éviter de prendre du poids, mais aussi dans le cadre de la lutte contre l’obésité…

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Mineur Y.S. et coll., Science, 332 : 1330-2,2011.