Prémix light : encore plus dangereux !

Les Prémix sont des cocktails tout prêts, mélangeant déjà boissons alcoolisées et non alcoolisées. Face à leur succès, notamment auprès des jeunes, des versions light ont rapidement été commercialisées. Or les édulcorants auraient tendance à augmenter le taux d'alcoolémie.
Publicité

Les Prémix aussi se déclinent en version light ou sans sucre

Les Prémix désignent des cocktails tout faits, mélangeant une boisson alcoolisée à une autre non alcoolisée. Résultat, ce sont des boissons faiblement alcoolisées, très sucrées, au look tendance et qui sont fortement prisées par les jeunes et plus particulièrement par les jeunes femmes.

Ces boissons étant très caloriques car souvent à base de sodas ou de jus de fruits (en plus de l'alcool), les versions light n'ont pas tardé à envahir les linéaires, ce qui permet de faire davantage d'adeptes.

Publicité
Publicité

Or dans les Prémix light, le sucre est remplacé par des édulcorants, lesquels modifient l'absorption de l'alcool.

Édulcorants : un effet secondaire non négligeable

De nombreux facteurs sont susceptibles de modifier l'absorption digestive de l'alcool, dont la vidange gastrique. Plus celle-ci est rapide, plus l'absorption de l'alcool est importante.

Selon une étude récente, les édulcorants ont la propriété d'accélérer la vidange gastrique. La vitesse de celle-ci a été comparée chez des sujets ayant absorbé à 24 heures d'intervalle une vodka orange contenant du sucre et une vodka orange contenant un édulcorant. Au final, la vidange gastrique a été plus rapide (21 minutes contre 36) avec la boisson édulcorée.

En pratique, il convient de se méfier des Prémix à double titre. Ces boissons étant fortement sucrées, on a vite l'impression de boire un simple jus de fruits et on oublie qu'elles contiennent de l'alcool. Les versions light modifiant l'absorption de l'alcool, l'alcoolémie augmente davantage et plus rapidement, ce qui peut se révéler extrêmement dangereux.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 26 Décembre 2006 : 01h00
Source : Keng-Liang W. et coll., Am. J. Med., 119 : 802-4, 2006.