La précarité rend malade

Notre système de soins fonctionne très bien à condition d'être intégré. En effet, il ne s'applique pas ou mal aux personnes en marge de la société. Pour ces sujets « hors système », les aides extérieures comme la Croix-Rouge prennent le relais. Les défavorisés sont les plus exposés aux risques de maladies.
PUB

La précarité en France

Entre 3,7 millions et 7,1 millions de personnes sont en situation de précarité en France. La première enquête sur les comportements alimentaires de cette population défavorisée illustre bien leur mauvais état de santé.

Malade de mal manger

Près de 50% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles n'ont pas assez à manger parfois ou souvent. La situation est encore plus inquiétante car les sujets de cette étude ont été recrutés dans des structures d'aide alimentaire et connaissent des conditions de vie a priori un peu meilleures que celles des sans domicile fixe. Parmi ces 1.164 personnes qui ont répondu à un questionnaire, 65% ont un logement ou sont hébergées par un proche et dans 85% des foyers, personne ne travaille. On se doute bien que leurs apports alimentaires sont très éloignés des recommandations du Programme de nutrition santé (Pnns).Au final, les personnes en situation de précarité sont davantage en mauvaise santé, avec notamment une fréquence élevée de surpoids et d'obésité chez les femmes défavorisées (deux à trois fois plus que dans la population générale), mais aussi excès de cholestérol, hypertension, anémie, etc. Ces sujets défavorisés sont donc fortement exposés aux risques de maladies (cardiovasculaires, diabète, cancers), dont la nutrition est l'un des déterminants majeurs. Pour répondre à cette situation préoccupante, il est nécessaire d'améliorer les actions de prévention nutritionnelle, mais aussi de mettre en place une prise en charge médicale.

PUB
PUB
Publié le 15 Mai 2006
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n°11-12/2006.